AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partie 1 - Histoires d'Ours-Garous

 :: RP - Univers Parallèles :: Wolf Negaigoto Academy :: Le Hameau Nokuma Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Analyste
Messages : 31
Date d'inscription : 22/01/2017
Age : 22
Localisation : Negaigoto Academy
Bonjour bonjour !

Petit espace mémoire dédié à la première partie au Hameau Nokuma, où Schufein Kurifi, le Spiritiste Indécis, vous racontera ses (més)aventures en tant que Traître repenti.

Place au RP !

Dim 12 Nov - 17:07
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Pianiste
Messages : 51
Date d'inscription : 24/06/2017
Age : 20
Localisation : Nice,France
Merci beaucoup. Je m'appelle Schufein Kurifi, et je ne suis pas trop fier des événements que je vais vous raconter, enfin, ce n'est pas moi qui vais vraiment vous raconter ça, c'est un narrateur extérieur. Je ne pense pas que je mérite de raconter ma propre histoire, et j'ai assez peur de ce en quoi elle m'a transformé. Mais, au final tout s'est bien fini (quoique je ne pense pas que les défunts soient d'accord avec moi mais c'est un autre débat pour une autre fois). Après notre sortie de l'académie, j'ai été immédiatement prendre rendez-vous chez un psychiatre. Tous ces événements m'avaient laissé une marque énorme de dégoût, et j'avais besoin d'en parler, mais surtout d'entendre quelqu'un me dire que tout irait bien. C'est ce psychiatre, Dr. Hype Othell Ammous qui a noté tout ce que je lui ai raconté et qui en a fait un petit récit que je vais maintenant vous montrer. Préparez-vous, ce n'est pas joyeux:


La captivité n’est pas forcément la meilleure des choses, surtout lorsqu’on est dans des conditions pareilles que Schufein était. Il était 23h30 et tout le monde dormait déjà. Tout le monde ? Non, pas tout le monde, il le savait. Dans l’ombre, la personne responsable de tous ces malheurs patientait. Il attendait son arrivée car il l’avait rejoint. Le prix pour cela ? Sa vie, et aussi un autre privilège qui valait beaucoup : Une tasse de café tous les soirs. Certes, cela paraissait faible, mais dans des circonstances pareilles, forcé au cannibalisme, une tasse d’amertume était  la seule chose qui aurait pu apporter de la satisfaction au pianiste. Ca et la possibilité de jouer à Neo Woodstock un jour.  Il avait été malade toute la journée et il avait quand même pu assister aux débats du jour, grâce à la générosité (sarcasme) de Monokuma qui lui avait fourni un écran avec vue sur la discussion. Pendant cette journée, des choix avaient été faits, des mots durs prononcés et malheureusement des sacrifices aussi. Schufein se rappela aussi. Il se rappela de tout ce qu’il avait vécu, de ses merveilleux moments passés avec ses camarades. Le jeu en valait-il vraiment la chandelle ? Et c’est pour cela qu’il décida d’écrire. Il prit un carnet et nota tout ce dont il se souvenait, l’identité du responsable de toutes ces horreurs, ses plans, son objectif. Il savait déjà tout ça après tout car il avait travaillé avec lui, et la maladie semblait booster son pouvoir d’écriture et de réminiscence. Quand il eut fini d’écrire, il se posa une question : Que faire de ce carnet ? Si Monokuma tombait dessus, il le détruirait ou alors le trafiquerait pour donner de fausses pistes aux autres, après s’être débarrassé de lui. Il réfléchit, pourquoi pas le glisser sous la porte d’un camarade ? Non, pas possible, Monokuma le trouverait, avec toutes ces caméras partout. Enfin, un plan lui vint, un plan tout à fait suicidaire, risqué et brillant. Il allait bluffer, d’une manière ou d’une autre. C’était se jeter dans la gueule du loup (ou dans ce cas de l’ours mal léché), et assurerait peut-être sa mort imminente, mais c’était la dernière solution pour assurer ses chances de survie. Le virtuose n’avait jamais eu à penser de cette manière donc il fut dégouté pendant un moment, mais ces 2 derniers jours l’avaient endurci. Il était sûr qu’il se débrouillerait et qu’il arriverait à sauver les autres. Et c’est ainsi qu’il se dirigea, avec quelques hésitations, dans la cantine de l’académie ou son co-conspirateur se trouvait. Tomita Takeru, le poète aux rimes tranchantes et étant une garantie d’une humeur sombre partout où il allait. Il était assis sur un tabouret en face de la machine à café remarqua la présence du pianiste dès son arrivée :

« Un peu de café, Schufein ? » lui demanda-t il, un prologue n’était pas nécéssaire après tout. Schufein lui répondit avec une réplique de son propre cru après avoir ri de l’aspect rhétorique de la question de Tomita

« j'allais en prendre un de toute façon. Noir, sans lait, ni sucre, amer, comme le passé. Exactement ce dont j'ai besoin » répondit-il

« Ça roule. Ça c'est une habitude saine. » répondit imméditement Tomita machinalement, comme s’il en avait l’habitude.

C’était l’heure de la punchline, du moment qui allait tout définir. Le jeune pianiste s’était préparé à ce moment et il aurait besoin d’être ferme. Il n’était pas totalement sûr de la manière dont il allait l’annoncer et il tremblait de l’intérieur, mais il ne pouvait laisser passer de faiblesse, donc tandis que Tomita lui tendait son café, il prit une grande gorgée et commença :

« J'ai décidé de prendre une autre habitude saine, tu sais » commença-t il ce qui fit lever le sourcil interloqué du rappeur « La nuit m'attire énormément: sa beauté, son mystère, l'harmonie qu'elle crée dans le monde. Mais j'ai décidé que je m'étais lassé de ce rythme. À partir de maintenant, tu devras décider qui tuer tout seul. »

En prononçant ses mots, Schufein frissonna. Il pouvait sentir le regard de Tomita le traverser, de haut en bas, de droite à gauche et même dans l’axe Z. Mais il ne pouvait plus reculer, plus maintenant, donc il continua :

« Si je veux jouer à Neo Woodstock un jour, ça m'a l'air d'être un choix raisonnable de limiter le sang qui sera sur mes mains, éviter la controverse et tout et tout. Mais ne t'en fais pas, je ne dirai rien aux autres sur ton identité. J'ai même des preuves à cet effet. Regarde : Ce carnet a été écrit de mes mains. Dedans se trouvent toutes les informations qui pourraient aider les autres à découvrir la vérité. Regarde, il y a même le nom du mastermind si ce n'est pas beau. »

Ca y est, il en était à la partie importante de l’histoire. La fameuse étape des négociations. Il pensait ne pas faire long feu. Après tout, donner le carnet directement à Tomita était la chose la plus stupide qu’il ait eu à faire. Il s’attendait à beaucoup de choses, mais sa réaction … fut des plus choquantes

« Pour ton choix, total respect. Même si à ta place je profiterais, d'être le traître pour tuer tous ces babtous fragilisés.
J'accepte que tu te retires. En revanche, ne t'avise pas de mourir. Car pour moi, il n'y aura pas de quoi rire... »
répondit-il avec des rimes toujours plus impressionantes les unes que les autres.

Mais le plus surprenant restait sa réaction. Soit il s’agissait du plus gros bluffeur de l’histoire de cette planète, soit de l’être le plus naïf. Si Schufein avait eu le droit à un souhait ce soir-là, il voudrait avoir la certitude que c’était la deuxième option. Le jeune pianiste opta cependant pour continuer plus loin dans le bluff. Après tout, il avait déjà mis sa vie en danger alors autant pousser un peu plus et qui sait, peut-être que demain matin, il pourrait être là et s’assurer de la chute de Tomita Takeru

« Je te propose un marché » Schufein continua « Je te donnerai ce carnet,  avec toutes ces informations, nous pourrions mettre tout le monde sur une fausse piste, et ils s'entretueraient tous. En échange, tu dois me promettre de ne pas me forcer à rejoindre ton camp et à tuer, et tu dois t'assurer que je reste en vie jusqu'à ce qu'il ne reste que nous deux au moins »

C’était probablement le plus gros mensonge qu’il ait jamais dit. Schufein regrettait toujours de mentir et il n’était pas un très bon menteur ce qui faisait qu’il se faisait généralement prendre la main dans le sac. Mais dans ce cas, il n’avait pas le choix. Pour rester en vie, il devrait s’assurer d’avoir la confiance du Mastermind. Attendant avec anxiété sa réponse, il s’imagina qu’à sa place, si jamais Tomita acceptait son marché, un autre élève innocent voire même deux tomberaient à sa place. Mais seul lui possédait la vérité. Quel dilemme horrifiant, sacrifier une personne avec la vérité ou deux personnes ignorantes de ce qui se passait en coulisses ?

« Alors comme ça, tu veux passer un marché ? » dit Tomita d’un ton railleur « Tu as des couilles, je peux l'affirmer. Entendu, je t'épargnerai l'obligation de tuer ces sales blanc-pieds.
Quant à te protéger, je te suggère d'y repenser. Si tu es en mesure de survivre, tu n'auras pas besoin que je te délivre du sort funeste qui attend ceux qui restent. »


Alors là, si on lui avait dit  un jour qu’il arriverait à mentir de manière si évidente sans se faire prendre, il aurait sûrement appelé les hommes en blanc pour faire interner la personne qui lui avait dit ça. Mais cela dit, il y avait toujours la possibilité que Tomita soit en train de mentir. Le doute était toujours présent dans l’esprit de Schufein, mais il fallait avancer. Aller plus loin encore, et ainsi

« C'est vrai, et puis, je suis toujours délégué. » dit-il en acquiescant «Mon vote compte double. Il faudra que nous en profitions. Pour le vote du soir, ce n'est pas à moi de choisir, mais pour demain, je suggère que nous choisissions Maniniña. Après tout, c’est elle qui a eu le plus de votes la dernière fois. Il faudra aussi remballer Isaac avec ses théories capillotractées »

Argh et voila qu’il incriminait ses camarades. Mais cette fois, le virtuose éprouvait énormément de regrets … Mais c’était nécessaire après tout, car seul lui pouvait mettre fin à ce cauchemar et ouvrir les yeux des autres. Junko, Isaac, Maniniña, Barako, Fukuo, Yuri. Il ne restait plus beaucoup de monde, mais Schufein se promit de s’assurer que les autres n’aient pas été tués en vain.

« Nous n'aurons bientôt plus besoin de remballer Isaac...
Demain, vous retrouverez son corps dans un sac. »
répondit Tomita.

À ces mots, Schufein repensa à Isaac. Le mythologue avait toujours douté de lui depuis le début. Il l’avait accusé quand il s’était présenté en tant que délégué. Certes, mais d’un autre côté, ses doutes étaient fondés et il n’aurait voulu rien d’autre que de les nier avec des preuves.  Mais on dirait que cette fois, ce serait à son tour d’être sacrifié pour l’égoïsme du pianiste. Soit, il s’assurerait que son sacrifice ne soit pas vain. Mais pour l’instant, il voulait partir très loin d’ici, retourner se coucher, et oublier tout ce qui s’était passé. Il inventa donc une excuse pour partir, espérant que Tomita ne le surprendrait pas avec une exécution impromptue.

« Bien, si nous sommes d'accord là-dessus » enchaina-t il « je dois me retirer à présent, dans ma chambre. Je sens venir l'inspiration pour ma prochaine chanson: "Cultist in a bag", et Norabot attend que nous jouions avec impatience. Et le café aura un meilleur gout dans ma chambre.
Farewell, camarade, que demain se passe de manière aussi fluide qu'aujourd'hui »

Ce à quoi Tomita répondit, en sirotant son café

« Très bien. À la tienne ! » Et sur ce, Tomita prit également son habitude saine.

Après être sorti de la cantine, Schufein s’affala contre un mur (un peu plus loin quand même sinon il se serait fait repérer par le rappeur), et poussa le plus long soupir de tous les temps. Jamais il n’avait eu à faire quelque chose de si stressant, et à prendre la parole de cette manière, pour négocier. Il ne savait pas ce qui se passerait par la suite, mais une chose était sûre : Il avait posé ses cartes sur la table, et maintenant, tout se jouerait sur la décision de Tomita. Vivre ou mourir ? La survie de tout le monde ou le triomphe du traitre et du Mastermind ? Le futur restait encore plein de doutes, mais il utiliserait toutes les opportunités nécessaires pour que ce futur soit rempli d’espoir. Après avoir respiré 5 minutes, Schufein alla dans sa chambre et s’endormit après avoir fini son café sans avoir pu s’entrainer.
Dim 12 Nov - 18:17
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyper Danganronpa RPG :: RP - Univers Parallèles :: Wolf Negaigoto Academy :: Le Hameau Nokuma-
Sauter vers: