AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Jour 1460] Un Réveil Inhabituel

 :: RP - Arc 1 :: Centre - Parc Artificiel :: Uflora Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Narrateur
Messages : 33
Date d'inscription : 22/11/2016
Quatre années avaient passé et la classe 10-B, composée de ces dix-huit élèves que nous avions suivis de près lors de leur rentrée, s'apprêtait à vivre la grande cérémonie des diplômes. (Plus ou moins) tous avaient travaillé dur pendant leurs études, qui avaient été marquées par la fin rapide des guerres d'Europe centrale, ne laissant qu'un champ de ruines réclamant avec désespoir une reconstruction que les plus puissants ne voulaient accorder. Bien que des signes de tensions géopolitiques étaient palpables, et que de nombreux experts s'attendaient à une crise plus forte encore après ce conflit majeur, la situation avait été telle que les élèves avaient pu rentrer chez eux durant chaque vacances.

Ils allaient donc passer leur dernière nuit à la Negaigoto Academy avant la grande cérémonie du lendemain. Ils s'installèrent dans leurs chambres dans le plus grand des calmes bruyants et parlèrent un bon moment entre eux. Tous notèrent qu'ils n'avaient pas vu Yoru de la journée et s'inquiétèrent un peu de la santé de cette dernière, pensant qu'elle fût peut-être malade toute la journée, soupçons qui avaient été renforcés lorsqu'elle ne répondit pas à ses camarades au moment où ceux-ci frappèrent à la porte de sa chambre. Peut-être, pensèrent-ils, qu'elle avait passé la journée à l'infirmerie, et qu'ils la garderaient pour la nuit, comme cela arrive parfois lorsque des élèves ont une forte fièvre. Et quand il fut une certaine heure tous les élèves, sans nulle exception, furent plongé dans un sommeil profond, si bien que même les plus insomniaques d'entre eux étaient plongés dans les bras de Morphée lorsque vingt-deux heures avaient sonné.

Quand le soleil commença à pointer ses rayons par delà les fenêtres et leurs volets médiocrement étanche au niveau lumineux, à tel point que tous les étudiants sans nulle exception ne durent se réveiller au son d'une désagréabilité notable du réveil de la Negaigoto, mais purent se lever d'un halo de lumière, tout aussi désagréable, venant brûler au sixième degré et même davantage le fond de leur misérable rétine habituée à la sombreur de la chambre qui en temps de sommeil est, selon les règles établies par le bon sens, très peu éclairée... et j'ai perdu le fil de ma phrase.

Ahem ! Ainsi donc, et après un petit temps durant lequel on s'accoutumât avec la lumière, les étudiants enfin se levèrent et commencèrent à se préparer, lorsqu'ils s'aperçurent que quelque chose les gênait. Un sentiment étrange vint perturber ce dernier réveil lorsqu'ils constatèrent, sans pouvoir exactement l'expliquer, que quelque chose n'était pas habituel...


Spoiler:
 
Jeu 31 Aoû - 19:23
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
"Directeur" ?
Messages : 9
Date d'inscription : 26/06/2017
… on pouvait certainement reconnaître les chambres, la taille du couloir ou encore les ascenseurs qui menaient au rez-de-chaussée et aux étages supérieurs. Mais ces couleurs acidulées qui recouvraient les murs, sols et plafonds n'étaient pas conformes à ce qu'ils avaient vu la veille en se couchant. Perplexes pour les uns, perdus pour les autres, ils se décidèrent tout de même à sortir et chercher des têtes familières quand soudain, un événement inattendu les interrompit.

La sonnerie de la Negaigoto Academy retentit. Ce n'était pas le second réveil, cette musique à la fois forte et douce qui avait réveillé les élèves retardataires pendant plus d'un millier de jours. Non, c'était la sonnerie des annonces officielles, celle qui provoquait chez eux ce réflexe forgé par les mois et les années, consistant à tourner immédiatement la tête vers l'écran le plus proche.

Et justement, les élèves tournèrent la tête vers l'écran le plus proche qui s’allumait au même moment. Une silhouette apparut. Il était impossible d’en détailler la forme, mais une chose était sûre : elle ne semblait pas humaine. Une voix espiègle et malicieuse se fit entendre. Quelque chose d’indescriptible la rendait glauque et inappropriée.

"Ahem, ahem… Test du micro ! Hé, hé, vous m’entendez ? Vous m'entendez ? Ah, voilà !"

Une pause inquiétante suivit cette intervention. À qui appartenait cette voix ?

"Vous vous attendiez à manger vos pains aux chocolatines ce matin avant de repartir chez vous le diplôme en poche ? Upupu, vous allez devoir attendre un peu, parce que le moment que vous attendiez tous est enfin arrivé ! Ceci est un message de la plus haute autorité de la Negaigoto Academy. La classe 10B est convoquée à Uflora où vous attend une petite surprise. Vous avez vingt minutes, et tout retard ou absence sera sévèrement puni !"

La dernière phrase fut prononcée sur un ton suffisamment autoritaire pour convaincre les individus les plus réticents de lui obéir. Les élèves 10B se mirent donc en route, non sans noter qu'ils ne croisèrent personne d'autre que leurs camarades de classe en chemin.

À Uflora, une mise en scène des plus déconcertantes les attendait. Un épais rideau de velours rouge, comme ceux que l'on peut trouver dans les théâtres, était disposé entre deux arbres et dissimulait la chute de la cascade. Une rangée de machines qu'ils n'avaient jamais vues semblait bloquer l'accès au rideau. Ces machines grotesques ressemblaient à des ours mécaniques, gonflés aux stéroïdes, en tenues de soldats.

Inconsciemment, ils savaient tous qu'ils n'avaient pas intérêt à s'en approcher, et même les plus audacieux d'entre eux se contentèrent de les observer, attendant que les autres arrivent ou que quelque chose se produise.

Une question était dans tous les esprits : que se passait-il ?
Ven 15 Sep - 22:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mythologue
Messages : 46
Date d'inscription : 26/07/2017
Isaac était, comme on pouvait s'y attendre de sa part, en boule dans son lit. Il avait eu un peu de mal à dormir, il avait peur, trop peur, tellement peur qu'en plus de verrouiller la porte de la chambre il à également mis un meuble devant celle-ci, l'histoire d'empêcher qui que ce soit de s'introduire. Pourquoi est-il aussi extrême? il est atteint de TPP, Trouble de la Personnalité Paranoïaque, il ne fait confiance à presque personne.

Isaac est resté un moment dans la chambre avant de capter que quelque chose n'allait pas, il sortit alors de son lit, toujours en regardant autour de lui au cas ou, un Cultiste aurait pu se cacher dans la chambre. Une fois arrivé à la porte il déplaça le meuble et jeta un vif coup d’œil aux alentours, il n'était visiblement pas le seul à ce demander pourquoi ce changement soudain. Il est resté à moitié caché en voyant les autres, puis la sonnerie attira son attention vers l'écran accroché au mur. Celui-ci affichait une forme qu'Isaac avait du mal à discerner, mais les mots qu'il entendit furent clairs, il devait se rendre à Uflora.

Isaac à donc suivi ses camarades sur le chemin, il gardait une grande distance de sécurité avec le reste du groupe, et de plus il avait remarqué qu'ils étaient les seules personnes dans l'établissement, ce qu'il trouvait très étrange d'ailleurs. Ils sont arrivés devant cet espèce de grand rideau rouge avec les ours- chiens de garde, Isaac avait de plus en plus peur et à décidé de rester assez loin par mesure de sécurité pour lui même, il ne voulait pas que quoi que ce soit lui arrive, ou pire encore, que derrière ce rideau se cache un cultiste...
Ven 15 Sep - 22:25
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Pianiste
Messages : 51
Date d'inscription : 24/06/2017
Age : 20
Localisation : Nice,France
Après ce réveil, Schufein n'était pas de très bonne humeur. Non seulement il s'était endormi hier soir sans avoir pu dîner, et avait par conséquent très  faim, mais en plus, il avait été violemment réveillé, et quand il fut sorti de sa chambre, il eut tout de suite cet étrange pressentiment, le genre de sentiment qu'on a quand on se réveille dans un lieu dans lequel on n'a pas l'habitude de dormir, chez un ami par exemple. Les lieux avaient l'air d'être les mêmes, mais l'ambiance était totalement différente. Autour de lui, pas beaucoup de monde, quelques camarades de classe, et puis tout d'un coup, cette annonce mystérieuse se produisit, qui le mit de moins bonne humeur.

Il venait d'apprendre que la cérémonie de remise de diplômes passerait par un détour par "cet endroit". Il l'appelait cet endroit car sa simple mention le mettait mal à l'aise. Il avait déjà exploré cet endroit une fois, pour aider Anton à trouver ses oiseaux, mais après avoir entendu les avertissements, il préférait l'éviter et n'y avait plus remis les pieds depuis la dernière fois.

Mais la pire offense était qu'on ne leur laissait même pas le temps de prendre un petit-déjeuner. Cela voulait dire PAS DE CAFÉ !!! C'était impardonnable de la part de l'académie. Il garderait ça en tête pour plus tard, pour le début de la réunion. Apparemment, il y aurait une surprise. Il espérait que ce soit une bonne surprise et pas un autre examen.

En silence, il se dirigea lui aussi vers Uflora, suivant le chemin pour s'assurer de ne pas avoir d'ennuis. Il aperçut certains de ses amis, mais ne parla pas trop, le cerveau encore embrumé par le manque de café. Enfin, il aperçut devant lui une espèce de scène grotesque, même pour ses critères. Un grand rideau rouge, des espèces de mannequins à l'apparence robotiques en forme d'ours? Pourtant, il n'était pas au courant d'un concert prévu aujourd'hui. Mais au moins, il était arrivé à l'heure. Encore confus, il attendit, se demandant quel type de spectacle allait se produire.
Ven 15 Sep - 22:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Expert en Memes
Messages : 15
Date d'inscription : 27/08/2017
Keigo se réveilla par sursaut. Une annonce des plus bizarres venait d'être faite et Keigo, tout étourdie, s'habilla et sortit de sa chambre au grand désordre. Keigo remarqua qu'il était un des retardataire puisqu'il était parmi les lèves tard de sa classe. De plus, il ne faut pas oublier le détail le plus important, quelqu'un a repeint les murs avec des couleurs très lumineuses. Sans plus attendre, Keigo se rendit à Uflora comme on lui avait demandé.

Au long du trajet vers Uflora, Keigo se sentait perdu. Il se rendit compte qu'il n'y avait personne des autres classes, comme si sa classe était la seule dans toute l'école à être présente. Keigo mit ses mains dans ses poches comme il l'a toujours fait et se rendit à l'endroit demandé.

Arrivé à Uflora, Keigo réalisa quelque chose. Quelque chose de pire que cette ambiance. Il n'avait pas son téléphone. Cependant, cela n'allait pas empêcher Keigo d'assister à cette cérémonie. Autour de lui se trouvait ses camarades de classe ainsi qu'un grand rideau rouge de la longueur de la pièce. De plus, il y avait des sortes d'ours robotiques sur les côtés. Ils semblaient prêts à défendre un pays au grand complet. Keigo prit une mente de sa poche puisqu'il n'a pas eu le temps d'en prendre une avant de sortir de sa chambre et attendit que le spectacle commence. Il s'avait déjà que quelque chose de grand allait se passer.
Ven 15 Sep - 23:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Acteur
Messages : 60
Date d'inscription : 21/07/2017
Le soleil passe à travers les rideaux de la chambre et ses doux rayons viennent me chatouiller les pupilles, me tirant ainsi de mon sommeil sans trop de mal. Un peu assommé par la force des rayons de l'astre, je prends quelques instants à me réveiller. Je crois qu'une partie de moi souhaitais rester au lit aujourd'hui... Je ne suis pas particulièrement friand à l'idée de recevoir mon diplôme, surtout si ça veut dire  que je dois quitter ces lieux ou je me sentais si bien, mes amis avec qui j'ai partagé mille et un sourires... Je m'assieds sans trop d'enthousiasme sur le bord de mon lit, encore en caleçon. Soudainement, une voix criarde se fait entendre dans l'interphone. Après un bref silence, la voix reprend ordonnant à la classe 10-b de se rendre au jardin Uflora sans le moindre délai...

Qu'est-ce qui se passe? Pourquoi seulement nous? Nous ne sommes pas les seuls à graduer, je me trompe? Je lance un regard inquiet à Yuri, avec qui je partage ma chambre. Sous la menace d'une punition sévère je m'empresse d'enfiler un jogging et un t-shirt avant de me glisser dans mes sandales et de me diriger d'un pas décider vers le jardin. Je suis un peu inquiet, mais d'un autre côté, j'espère un peu le meilleur... Et si la cérémonie était retardée? Ou qu'on a organiser une grande fête pour la fin des études? Pourtant, on dirait que le monde s'entête à vouloir chasser toutes les idées positive que je me rentre dans la tête... En chemin, je ne croise personne. Pas un enseignant, un élève, même pas un concierge... Cette observation ne fait que réduire au silence tout once d'espoir qu'il restait en moi et une fois arrivé au jardin je n'en suis que plus angoissé. Je me mords l'intérieur de la joue, un vieux réflexe en temps de stress... La douleur me ramène a mes sens.

Un rideau d'un rouge vibrant est étendu entre deux arbres, comme si on s'apprêtait a faire une grande révélation. Mon regard est divertit par les muscles saillants de quelqu'un, mais je fait vite de m’apercevoir que ce quelqu'un est en fait une machine étrange d'un ours monochrome qui se tient comme un soldat à son poste. Il y en a plus d'un, d'ailleurs...

- Quelqu'un sait ce qui se passe? dis-je sans vraiment m'adresser à quelqu'un en particulier.

Nous sommes dans une école hors-norme après tout, peut-être qu'ils ont décidé de nous réserver un petit quelque chose pour la fin de nos études... Mais pourtant, je ne peux m'empêcher de sentir mon estomac se nouer... Comme si le monde entier autour de moi était au courant de quelque chose que je ne savais pas et que la vérité allait me sauter au visage bientôt, très bientôt... Comme si l'air était empli d'un lourd parfum de désespoir...
Sam 16 Sep - 3:27
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Super-Héroïne
Messages : 70
Date d'inscription : 02/08/2017
Age : 18
Localisation : Perdue, chef!

Très excitée par la cérémonie des diplômes qui allait se dérouler le lendemain, Barako avait, par miracle, réussi à très bien dormir. Habituellement, quand elle a hâte, elle ne peut s'empêcher de penser toute la nuit, sans pouvoir fermer l'oeil. Enfin, tant mieux! En fait, elle se réveilla en entendant la petite sonnerie qui indiquait une annonce officielle. Barako se redressa de son lit pour voir l'écran de la chambre. Quelle drôle d'annonce! La direction avait-elle une surprise pour leur classe en particulier? Étaient-ils aussi cools que ça?! Barako, toute heureuse, se leva de son lit et ouvrit son armoire, puisque désormais, Shiori était levée. Pour ce jour spécial, elle avait décidé de porter son costume de super-héroïne, pour la première fois depuis 4 ans... Bon, elle avait l'air un peu bizarre, mais au moins, on pouvait un peu mieux discerner quel était son talent! La jeune femme avait une aura positive et pensait RÉELLEMENT que les intentions de la voix bizarre au moniteur étaient bonnes. Elle attendit Shiori, marchant sur son ombre pour pouvoir la protéger quoi qu'il advienne, si quelqu'un tombait sur elle dans les couloirs, par exemple... D'ailleurs, en sortant de la chambre, quelque chose frappa Barako. Wow, ils avaient carrément repeint les murs et les couloirs à l'occasion de la fête?! Génial, quelle bonne idée!

Le duo se dirigea vers Uflora, alors que Barako avaient les yeux qui brillaient en imaginant quelle surprise géniale ils avaient dû préparer pour sa classe. Elle voulait aussi dire bonjour à Aoki et à Tobi dès qu'elle les verrait. Il fallait qu'elle partage son excitation avec quelqu'un, après tout! Excitation qui s'accentua davantage quand Barako vit les robots ours musclés absolument géniaux que la direction avait préparés!! Wow, mais c'était de la fête de folie, ça! Carrément, ils allaient faire danser des robots géants? Franchement, connaissant les recteurs, l'héroïne était loin de s'attendre à quelque chose d'aussi cool. D'ailleurs, en avançant un peu plus loin vers ce rideau rouge, Barako tomba sur Tobi, qui se demandait ce qu'il se passait. Barako tapota alors l'épaule de son meilleur ami avec un visage souriant, le regard qui pétillait.

"Bah, c'est évident! Ils nous ont préparé une petite fête pour la graduation! Ils ont même préparé des robots danseurs et ils ont repeint tous les couloirs avec des couleurs festives! Franchement, j'ai hâte de voir quel autre truc super se cache derrière ce rideau! Oh, ne fais pas cette tête, qu'est-ce que tu pensais? Qu'ils allaient nous attaquer avec les robots?! Hahahaha, voyons, Tobi! Même si c'était vrai, tu sais bien que je te protégerai!"

Barako regarda les alentours, cherchant Aoki du regard. Elle restait proche de Shiori cependant, ne voulant pas qu'un accident arrive, ou quoi... Avec ces robots, par exemple! Bien qu'ils soient amusants et prévus pour la fête, Barako n'avait pas très envie de s'en approcher... On ne sait jamais ce que la technologie nous réserve après tout! Cela pouvait être un danger! Enfin, il n'y avait bien que Barako qui ne captait pas à quel point la situation était sérieuse... Son enthousiasme naturel, probablement.
Sam 16 Sep - 13:16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Policière Scientifique
Messages : 101
Date d'inscription : 29/12/2016
Age : 116
Le soleil filtrait par les volet, quand Shiori se réveilla. La sonnerie habituelle de la Negaigoto l'avait fait se réveiller en sursaut. Barako était réveillée, comme montée sur ressort ; Shiori eut un petit sourire en voyant qu'elle était toujours la même après toutes ces années.

C'était la dernière journée que Shiori passerait à la Negaigoto, en compagnie de toutes ces personnes avec lesquelles elle avait passé quatre ans. Elle allait regretter certaines personnes, qu'elle ne recroiserait sûrement pas de sitôt... Poussant un petit soupir, Shiori descendit de son lit. Barako avait décidé d'enfiler sa tenue de super-héroïne... Shiori avait des étoiles dans les yeux rien qu'en la voyant. Certes, c'était un peu moulant... Mais tellement stylé ! Une vraie super héroïne !

La blondinette se décida à enfiler elle aussi sa tenue de fonction : son uniforme de police bleu. Elle enfila même le gilet pare-balles, plus pour le style que pour l'utilité. Elles seraient un super duo héroïne-policière, comme ça, digne des meilleurs comics !

Ce n'est qu'en sortant de sa chambre que Shiori remarqua que quelque chose clochait. Quelles étaient ces couleurs flashy sur les murs ? Ce n'était pas normal. La jeune fille se tendit, serrant sa main sur sa poitrine. Elle restait le plus près possible de Barako ; si c'était une blague, tant mieux. Sinon, elles pourraient se défendre, et elles seraient plus efficaces ensembles qu'isolées. La super-héroïne ne semblait pas inquiète le moins du monde... Shiori pensa qu'elle se faisait des idées, mais une part d'elle sentait que quelque chose n'allait pas.

Le moniteur retentit à nouveau. Cette fois, une voix étrange retentit. Elle fit immédiatement frissonner Shiori. "La classe 10B est convoquée à Uflora". Qu'est ce que cela pouvait bien signifier ? Cette voix semblait tout droit sortie d'un cauchemar. La policière regardait de tout les côtés, faisant tellement attention au moindre détail qu'elle ne remarquait pas le plus essentiel...

Où étaient les autres étudiants ?
Les autres élèves de leur niveau avaient disparu. Plus inquiétant encore, les élèves plus jeunes n'étaient visibles nulle part. Elles n'avaient encore croisé personne... Et si elles étaient les seules restantes ? Comment était-ce possible ? Shiori déglutit. Elle pensait à ses proches. Umeka, Yuri... Que pouvait-il leur être arrivé ? Peut-être qu'ils étaient déjà à Uflora...

Quelques élèves étaient déjà en place. Pas rassurée, Shiori s'accrocha au bras de Barako, qui s'approchait de Tobi. La blondinette cherchait Yuri des yeux... Elle était tellement nerveuse qu'elle ne voyait rien. Ou alors, peut-être n'était-il simplement pas encore arrivé...

L'étrange scène ne lui présageait rien de bon. Elle ne pouvait pas expliquer cet étrange noeud qu'elle avait dans le ventre. Elle avait toujours été un peu effrayée par les animatroniques. Ces robots étaient particulièrement inquiétant... Enfin, probablement que pour une personne normale, ils eurent l'air tout à fait sympathiques, mais Shiori craignant ce genre de robots, s'inquiétait fortement.

Elle faisait tout pour réguler son stress, histoire de ne pas perdre connaissance. Qui sait ce qui pourrait arriver quand elle reviendrait à elle ? Elle ne voulait pas switcher non plus. Pas tout de suite. Comme avait dit Barako, c'était probablement une fête... Les recteurs avaient sûrement caché pendant toutes ces années leur côté fêtard ! Tout irait bien, Shiori voulait s'en persuader. Elle sourit pour contenir son stress.

Tout irait bien... N'est-ce pas ?
Sam 16 Sep - 14:26
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Cheffe d'Orchestre
Messages : 77
Date d'inscription : 23/10/2016
La veille avait été riche en émotions contrastées. Nous avions passé un bon moment à faire le point sur nos quatre années passées à la Negaigoto Academy, et le reste du temps avait été consacré à nous préparer pour le lendemain. Toute cérémonie des diplômes de la Negaigoto Academy permettait à ses élèves de faire un discours, et les plus consciencieux d'entre nous avaient certainement, comme moi, écrit quelques mots sur des feuilles de papier pour essayer d'imaginer ce que nous pourrions communiquer. Il fallait donner à tous les élèves qui avaient encore quelques années d'études devant eux un dernier message d'espoir pour les motiver à faire à leur tour ce que nous avions accompli.

Mais ce matin là, rien de tout cela ne semblait compter. Je me réveillai la tête lourde, après avoir dormi à poings fermés, chose qui était plutôt rare la veille d'un événement aussi important. Je me préparai avec soin, puis, alors que j'allais ouvrir la porte de ma chambre, je l'entendis. La sonnerie, puis cette voix ! Je pouvais nettement distinguer qu'elle n'avait rien d'humain, et la forme indescriptible qui apparut sur l'écran confirmait cette impression. Sans savoir exactement pourquoi, je fus parcourue d'un frisson. Je m'attendais à une cérémonie simple mais intense; il fallait croire que la Negaigoto Academy avait décidé de la placer sous le signe du mystère.

J'ouvris la porte et m'engageai dans le couloir, ayant en tête qu'il fallait que j'arrive au plus vite à Uflora. Je me mis à espérer de toutes mes forces de ne pas me perdre en chemin, lorsque...

"Qu-quoi... ? Qu'est-ce que c'est que ça !?"

Incroyable ! Je ne reconnaissais plus rien ! Ça ressemblait vaguement au couloir du dortoir des filles, mais tout était si différent. Les couleurs n'étaient absolument plus les mêmes. Qu'est-ce qu'ils avaient en tête ? Morrigan-sensei, qui s'occupait de l'internat, n'avait jamais été d'humeur farceuse, et les autres recteurs ne l'étaient pas davantage. Plus que dubitative, voire inquiète, je repérai les élèves de ma classe et les suivis pour arriver à Uflora. Cette fois, ça devenait grotesque. La mise en scène n'avait aucun sens, et les dangereux robots qui se tenaient en ligne ne m'étaient absolument pas familiers.

"Bonjour ! Sauriez-vous ce qu'il se passe ? D'abord il y a cette voix inhumaine qui nous invite, ensuite la déco, et enfin... ça ? Et aussi : pourquoi je n'ai croisé personne d'autre que nos camarades de classe sur le chemin ? Est-ce que je n'ai pas été mise au courant du programme de la cérémonie ? Rien ne correspond à ce que j'avais prévu pour la journée !"
Sam 16 Sep - 14:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Fauconnier
Messages : 26
Date d'inscription : 18/01/2017
Age : 22
Localisation : Alsace
Sorti d'un sommeil étrangement lourd, par les rayons brûlants d'un soleil éclatant, Anton ouvrit les yeux. Malgré ce réveil, il se réjouit de ce jour qui semblait être vibrant d'émotion. Cette journée allait être le point d'orgue de quatre années merveilleusement mouvementées. En dépit de son caractère Anton a su tissé des liens avec certains de ses camarades. Il s'est étonné lui-même de toutes les aventures qu'il a vécu avec les autres élèves de la classe 10B.
Le fauconnier se leva de son lit, et comme toujours, il enfila sa tenue puis vissa son chapeau sur sa tête en faisant face à la fenêtre, en regardant le soleil baigner les environs de sa lumière matinale. Anton afficha un sourire en coin et pensa de manière nostalgique :

"Ça y est, c'est la dernière fois que je fais ce rituel..."

Anton se dirigea vers la porte, en ignorant Aoki qui venait de se réveiller également. Il eu comme une présentiment étrange lorsqu'il voulut attraper la poignée, il y avait une ambiance inhabituelle qui planait sur la Negaigoto Academy.
Anton ouvrit la porte et s'aperçut avec stupeur les murs du couloir étaient tous étrangement coloré avec un choix de couleurs plutôt criard. Anton ne put s'empêcher d'analyser les raisons de ce changement.

"Hum... Pourquoi ? Qui a fait ça ? Peut-être un des élèves a voulu faire une farce pour le dernier jour ? Ou peut être une surprise des recteurs ?"

Les pensées d'Anton furent interrompues par la sonnerie du réveil, ou plutôt la sonnerie des annonces. Étrangement, celle-ci remplaça la sonnerie habituelle qui était censée réveiller les élèves. Le fauconnier se pressa vers le moniteur le plus proche et écouta l'annonce. La voix qui en sortait semblait être distordue. L'hypothèse de la farce avait l'air de se dessiner.

Malgré l'aspect ridicule de cette annonce, Anton décida tout de même d'aller au lieu nommé. Uflora, le souvenir de la rencontre (quelque peu agitée) de Schuifen lui revint, c'était un peu ici que tout avait commencé et que tout allait peut-être se terminer.
Une fois sur place Anton vu les autres élèves de la classe 10B, certains semblaient stressés comme Isaac (mais ça, ce n'était pas nouveau) et d'autres semblaient plutôt décontractés. L'endroit avait une sorte d'aura grotesque que l'on retrouve dans les vieux cartoon des années 1950, un grand rideau rouge était suspendu sur la place. Et beaucoup plus dérangeant, des automates en forme d'ours en uniforme de soldat de parade protégeaient l'accès.

Anton corrigea sa première analyse :

"Un élève seul ne peut pas avoir pu hacker le système d'annonce ni préparer une mascarade pareille en une nuit. Cette scène intrigante était soit l'œuvre d'un groupe d'élève comique ou des recteurs."

Anton s'avança et attendit que le "spectacle" commence.
Sam 16 Sep - 16:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Seiyû
Messages : 15
Date d'inscription : 05/02/2017
C'était la dernière journée qu'Hibiki passait à Neigaigoto, et ça lui faisait bizarre : malgré sa timidité, elle avait réussi à sympathiser avec les gens d'ici, et elle s'était habituée à eux. Ne plus les voir et se retrouver à nouveau toute seule comme avant lui ferait bizarre et... Dans un sens, elle était un peu triste. Le changement lui faisait peur, cela a toujours été un défaut chez elle. Mais elle avait une tâche bien plus importante cette fois : redonner de l'espoir à un monde en ayant été dépourvu, avec son diplôme. En étant le SHSL Seiyû. S'endormir la veille fût particulièrement difficile à cause de toute ces pensées lui trottant dans la tête.

Mais le lendemain, elle ne fut pas réveillée par le réveil auquel elle s'était habituée durant son séjour : mais par une annonce, l'obligeant à se lever et regarder l'écran le plus proche. Cette dernière la laissa hésitante : cette silhouette et voix ne lui était pas familière. De toutes les années qu'elle a passer ici, elle ne se souvenait pas d'une chose semblable, et cela l'a mettait légèrement mal à l'aise. Mais bon, quand il faut y aller, il faut y aller. Il était inutile de se poser des questions : elle devait juste aller à Uflora, comme demander. Hibiki n'était pas bien longue à se préparer : elle mit juste sa robe bleue habituelle, un ruban rose... Elle se coiffa du mieux qu'elle le pouvait avec ses cheveux bien trop long, et c'était bon, elle était partie.

En marchant dans les couloirs, elle trouva plusieurs choses étranges : il n'y avait personne des autres classe, seulement eux, la classe 10B. Où étaient tout les autres ? Pas qu'Hibiki soit dérangée de leur absence, au contraire un effectif réduit signifie moins de stress pour elle, mais le fait qu'il n'y ai personne l'inquiétait un peu. Combiné à cette étrange annonce, et ces... Changements de décoration ? Elle ne pouvait s'empêcher de se sentir anxieuse, comme si quelque chose de mauvais allait se passer. Son premier réflexe, une fois arrivée sur place, avant de regarder la mise en scène était de chercher du regard un repaire, des personnes qu'elle connaissait bien. Il y avait Umeka, Schufein, Isaac, Keigo et quelques autres gens... Tout allait bien.

" - Qu-qu'est-ce qu'il se passe ?... "

Cette phrase, elle le disait plus à elle-même qu'à une autre personne en tournant enfin son regard vers la scène. Un futur spectacle ? Non, l'ambiance était bien trop pesante pour que ce soit simplement le cas, et les élèves en auraient été prévenus, normalement. De plus, il n'y avait aucune raison pour que seule leur classe soit concernée, ils n'étaient pas les seuls diplômés... Si ? Définitivement, quelque chose clochait... Mais elle était incapable de deviner quoi, et ne pouvait rien faire d'autre excepté attendre avec appréhension de voir ce qu'il se passera pendant les prochaines minutes.
Sam 16 Sep - 16:34
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Reine de Beauté
Messages : 378
Date d'inscription : 30/09/2016
Yoru était tranquillement assise à son bureau lorsque l'annonce retentit.  Elle finit de noter ses dernières expériences sur son journal intime puis rangea celui-ci dans sa cachette habituelle.

-Ne... Manininia san. Nous sommes attendues à Uflora, je pars devant d'accord ?

Puis sans attendre de réponse, la brune examina son reflet et ne se trouva pas d'imperfections. Que ce fussent ses chaussures bleutées reflétant la lumière du soleil ou ses chaussettes blanches remontant sans pli jusqu'aux genoux peu prononcés et permettant de souligner la courbe fuselée de ses jambes qui semblaient s'étendre à l'infini pour être brutalement interrompues à mi cuisse par une jupe blanche recouverte elle même par un justaucorps de couleur blanche permettant de mettre en valeur ses courbes que 4 années avaient rendues beaucoup moins hésitantes, aussi bien devant que derrière, tout en soulignant l'échancrure de sa taille. Le décolleté plongeant ajoutait une touche d'audace sans pour autant être franchement provoquant. Ses épaules dénudées portaient un charmant collier avec une fleur séchée au milieu. La reine de beauté avait opté pour un look à la fois innocent et aguicheur. Aussi avait elle opté pour un maquillage léger, un rien de rimel et une touche de gloss. Ses cheveux étaient attachés par un simple ruban. Néanmoins, elle avait aussi ajouté un vernis transparent sur ses ongles. En tant que reine de beauté elle se devait de toujours présenter une apparence travaillée au millimètre et de varier les tenues afin qu'elles s'accordent non seulement avec la situation, mais aussi avec l'activité, le message véhiculé et son humeur. Elle prit une des fleurs si spéciales de cette île et l'accrocha à son justaucorps. Son regard noisette refléta l'or des rayons du matins, tandis qu'elle souriait de satisfaction. Bien elle pouvait maintenant se montrer en public.
Spoiler:
 

Elle traversa les couloirs et remarqua l'originalité de ses couleurs criardes. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle aurait choisi, mais chacun était libre de ses goûts.

Suivant les élèves qu'elle rencontra, elle se retrouva bien rapidement sur Uflora où une scène était dressée et des ours mécanique sur stéroïde montaient la garde.

Avisant Tobi, elle le rejoignit et glissa sa main dans la sienne.


-Ohayou Tobi Kun! La scène à l'air bien gardée. Je ne crois pas qu'on va pouvoir se faufiler dans les coulisses.

Était-elle inquiète? Pas vraiment, aujourd'hui était le jour de la graduation. Ensuite le monde des adultes l'attendrait.
Dim 17 Sep - 8:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Acteur
Messages : 60
Date d'inscription : 21/07/2017
Certains élèves semblaient partager mes inquiétudes, mais d'autres semblent agir comme si tout était normal! Je les comprends au fond, moi aussi j'aimerais que rien ne se passe... Mais la logique m'oblige a comprendre que quelque chose de gros se prépare. Soudainement, Yoru rejoint le groupe et me prends la main comme si de rien n'était avant de me dire bon matin. Je m'empresses de prendre son autre main dans un élan d’inquiétude.

-Y-Yoru?! Tout va bien!? dis-je en la fixant dans les yeux. On ne t'as pas vue de la journée hier! Il s'est passé quelque chose?

Visiblement Yoru ne semble pas blessée ou malade, je me demande pourquoi elle n'a pas voulu passer sa dernière journée à l'école avec nous... Elle avait peut-être autre chose à faire... Mais ce n'est pas notre plus gros soucis pour le moment. Je déteste être celui qui tue l'ambiance, mais je préfère que mes amis soient prêts au pire s'il devait arriver... Surtout que Barako semble être complètement dans une autre réalité!

- Écoutez tout le monde... Tout cela ne me dit rien qui vaille... Ce rideau n'est même pas levé et tout ce qui nous a mené jusqu'ici laisse présager que seul le pire peut se trouver sur cette scène...

Je prends une pause pour être certain d'avoir l'attention de tout le monde.

-Nous sommes dans l'institution d'enseignement la plus prestigieuse au monde, donc je doutes que tout cela ne soit qu'une blague. N'ont-ils pas pris nos études au sérieux jusqu'à présent? Pourquoi l'administration s'entêterait à faire une blague ridicule pour la cérémonie la plus importante de toute nos études! Ça ne colle pas... Donc nous n'avons pas affaire au personnel de l'école. Alors si on part du fait que la voix de l'interphone n'était pas celle d'un membre du personnel, ça veut dire que quelqu'un à réussit à infiltrer le système de communication du bâtiment. Et cette personne, n'a pas seulement pris le contrôle de l'interphone, ils ont aussi repeint l’entièreté des murs de la faculté! En une seule nuit! Sans oublier que... Nous n'avons croiser personne sauf les gens de notre classe depuis ce matin, je me trompe? Quel genre de personne ou... D'organisation pourrait bien faire ça? Et de plus...

Je tourne le regard vers les ours-soldats autour de la scène.

- Cette démonstration de force est d'une ampleur beaucoup trop grande pour une cérémonie de diplomation. Pensez-y, nous sommes ici depuis 4 ans et jamais je n'ai vu de telle mesures de sécurité... Bien-sûr, il ne faut pas céder à la panique mais... Soyons prêt si quelque chose devait arriver!
Dim 17 Sep - 14:11
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Cultivateur de Tomates
Messages : 9
Date d'inscription : 07/01/2017
Cette dernière soirée avait été riche en émotions pour Feliciano, sur son lit, il avait longtemps été tiraillé entre sa joie de retrouver ses proches et sa tristesse de devoir quitter ceux avec qui il avait passé quatre ans de sa vie. Il ne pouvait s’empêcher de se remémorer tout ce qui s’était passé et il vint même à regretter de quitter des personnes qu’il ne pouvait pas voir en peinture quelques heures plus tôt. Et puis, il y avait cette histoire avec Yoru, que personne n’avait pas vu de la journée et Feliciano s’inquiétait beaucoup pour sa précieuse miss. Etant d’une humeur donc très émotive ce soir, c’est après avoir roulé pendant à peu près dix minutes dans son lit, les larmes aux yeux, en énumérant les prénoms de ses chers camarades d’une voix plaintive et agaçante qu’il s’endormit soudainement, comme à son habitude, soulageant aussitôt son pauvre camarade de chambre.

Le matin, il fut tout d’abord réveillé par les doux rayons du soleil. Enfin, ils n’étaient pas du tout doux pour lui et Feliciano eut donc comme réflexe d’enfouir sa tête sous sa couverture. Il passa quelques minutes à maudire ces horribles volets auxquels il n’avait au final jamais pu s’habituer puis il se décida à sortir de son lit bien aimé. Ah, il allait lui manquer, lui aussi… Avant toutes choses, il regarda l’heure. Cette-dernière le fit grimacer : il était bien plus tôt que la sonnerie ! Il soupira et commençant à se préparer en grognant. Il avait encore la brosse à dent au bec quand la deuxième sonnerie de la Negaigoto retentit, le faisant sursauter et manquant de l’étouffer au passage. Il toussa bruyamment et c’est  c’est un regard mouillé de larmes qu’il posa sur l’écran du moniteur. Il se rendit tout de suite compte que quelque chose clochait. Il suivit l’annonce avec attention et celle-ci ne fit que renforcer la tension qui semblait avoir pris possession de la pièce au moment  où la sonnerie avait retentit à la place du second réveil.

Mais Feliciano refusait de céder à la panique, et commença à mettre de côté toutes les pensées négatives qui l’asseyaient en se persuadant que tout allait bien. « Peut-être que la Negaigoto a conçu une mascotte et qu’ils révéleront son apparence lorsque nous seront tous à Uflora ! Mais oui, c’est forcément ça… Et si ce n’est que notre classe… Hum… C’est forcément parce que nous avons eu la chance d’être élus meilleure classe de l’académie pour notre comportement exemplaire toutes ces années ! Ils auraient pu faire ça de façon moins flippante, quand même… Remarque, c’est peut-être pour rendre notre dernier jour le plus mémorable possible. Oui, ça doit être pour ça… Aha, rien n’échappe à Feliciano ! Il faudra faire mieux pour me déstabiliser, Negaigoto ! » Après s’être bourré la tête de prédictions improbables mais rassurantes, Feliciano retourna dans la salle de bain en quatrième vitesse pour pouvoir arriver à temps au rendez-vous. Il fut tout de même contraint de réduire de moitié le temps passé sur ses cheveux et quand il émergea enfin de la salle de bain, il se rendit compte que son colocataire était déjà partit. Il fit la mou, pour leur dernier jour il aurait pu l’attendre, quand même ! C’est donc un peu vexé que Feliciano ouvrit la porte…

… Puis la referma aussitôt. Il ne devait pas être encore totalement réveillé, il avait vu le couloir totalement repeint en couleurs flashy ! Il se claqua deux fois les joues et secoua rapidement sa tête avant de rouvrir la porte. « Est-ce qu’il se pourrait que j’ai soudainement contracté une maladie oculaire… ? » murmura-t-il. Sa tête le lança soudainement et il commença à se frotter le front. « … Mais quel idiot je fais ! Tout cela fait partie de la surprise ! Ils ont vraiment fait leur maximum pour nous déstabiliser ! Alors, Uflora… » Et sur ces mots, il se mit en route en faisant de son mieux pour ignorer le calme et le vide oppressant de ces couloirs qu’il avait pourtant tant parcouru…

Arrivé sur place, il devint tout de suite plus dur pour Feliciano d’ignorer la bizarrerie ambiante. Entre le gros rideau rouge qui détonnait sévère avec la nature ambiante et ces robots-ours-soldats largement plus musclés que lui et qui semblaient tout droit sorti d’un film de S-F d’un goût pour le moins particulier, rien dans cette mise en scène n’était rassurant.  Il regarda rapidement autour de lui et eut vite la confirmation qu’il n’était pas le seul à être totalement déconcerté. Feliciano refusait toujours de céder à la panique mais devant quelque chose d’aussi invraisemblable, son cerveau avait beaucoup de mal à trouver des raisons logiques et réconfortantes à tout cela. Feliciano entendu tout à coup la voix de Barako : "Bah, c'est évident! Ils nous ont préparé une petite fête pour la graduation! Ils ont même préparé des robots danseurs et ils ont repeint tous les couloirs avec des couleurs festives! Franchement, j'ai hâte de voir quel autre truc super se cache derrière ce rideau! Oh, ne fais pas cette tête, qu'est-ce que tu pensais? Qu'ils allaient nous attaquer avec les robots?! Hahahaha, voyons, Tobi! Même si c'était vrai, tu sais bien que je te protégerai!"

Loin de lui l’idée d’écouter leur conversation sans y être convié, mais comme peu de monde avait réussi à passer outre le stade d’incompréhension silencieuse, il était dure de ne pas entendre la super-héroïne et sa voix forte. Surtout que ses mots lui apparurent comme une illumination. C’était vraiment évident, derrière ce rideau se cachait forcément la fameuse mascotte ! Et quand le rideau tombera, les ours bodybuilder laisseront tomber leurs muscles pour révéler leur véritable apparence : celle de nounours tout mignon qui se mettront à danser maladroitement ! C’était bien sûr, décidément, ils avaient mis tous les moyens en œuvre pour rendre leur blague la plus crédible possible, Feliciano ne les pensaient pas si farceurs, à la Negaigoto !

En se tournant vers Barako, Feliciano remarqua que Shiori était avec elle, normal puisque les deux étaient camarades de chambre. D’ailleurs, où était passé le sien ? Feliciano abandonna rapidement l’idée de le chercher, toujours un peu vexé que celui-ci ne l’ai pas attendu et se dirigea donc vers Shiori, qu’il devinait aisément paniquée, dans l’idée de la rassurer.  

Et alors qu’il allait hausser la voix pour interpeller la petite blonde, il la vit. Sa déesse, la reine incontestée (par lui, du moins) de la Negaigoto : Yoru. Elle semblait, comme à son habitude, toute droite sortie d’un rêve avec sa tenue à la fois innocente et sexy. Feliciano se réconcilia même avec le soleil quand il vit l’effet que ses rayons matinaux avaient sur la jolie brune. Une fois encore Feliciano remercia la providence d’avoir mis la Negaigoto sur sa route. Il se mit directement à réfléchir à la façon dont il pourrait l’aborder sans avoir l’air d’un loser, comme les dizaines d’autres fois. Il eut soudainement un éclair de génie. Il avait une excuse imparable et c’était Yoru elle-même qui la lui avait donnée : son absence d’hier ! Il se montrera attentionné en lui demandant  si tout va bien et puis, tout le monde apprécie qu’on s’inquiète pour eux. Avant même qu’il ait pu faire un pas, Feliciano se rendit compte de ce qu’il s’était passé durant sa réflexion. Encore une fois, il avait raté sa chance et Yoru était déjà hors d’atteinte. Enfin, elle était juste en train de discuter avec Tobi, mais pour Feliciano, c’était la fin. Et les voilà qui flirtaient, main dans la main, n’avaient-ils pas honte ? Et ce Tobi, toujours à réduire à néant ses chances avec Yoru… Qu’est-ce qu’il a de plus que lui, franchement ? Il est juste beau, musclé, calme, attentionné, poli et un acteur pour couronner le tout, non franchement, il ne voyait pas du tout… Argh, Maudit Apollon…

Perdu dans sa jalousie, Feliciano avait complétement oublié qu’il était à la base allé voir si Shiori allait bien…
Dim 17 Sep - 15:12
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Pianiste
Messages : 51
Date d'inscription : 24/06/2017
Age : 20
Localisation : Nice,France
D'autres élèves de la classe semblaient arriver tandis que Schufein attendait. Il repéra du coin de l’œil Tobi arriver, puis Shiori suivie de près par Barako, ensuite Umeka, puis Anton, et Feliciano. Hibiki arriva juste après et Yoru ... Yoru ? C'était une surprise. Hier, il ne se rappelait pas l'avoir vue de la journée, et il s'était fait du souci pour elle. La voir de nouveau présente était rassurant, au moins il savait qu'elle allait bien, cela dit son absence d'hier restait un mystère. Ce n'était pas le genre de question à poser en public comme ça, il s'assurerait d'aller lui parler plus tard après la cérémonie.

Au vu de la situation, la personne pour laquelle il s'inquiétait le plus était Hibiki. Connaissant cette dernière, le jeune pianiste craignait qu'elle ne panique. Umeka était dans le coin, bien qu'elle aussi avait l'air de se poser beaucoup de questions, mais il savait qu'elle était plus calme et avait assez de maitrise de soi. Regardant dans leur direction, il fit un simple geste de la tête, étant trop fatigué pour aller les voir.

Il entendit quelques réactions que certains camarades avaient faites à voix haute. Ce qu'avait dit Barako l'avait amusé, des robots ours danseurs déguisés en gardes de sécurité ? Ça ressemblait au type de personnages qu'on retrouverait dans un mauvais jeu d'horreur. Au moins il était content que quelqu'un essaye de briser la tension qui s'était installée, car il n'aurait sûrement pas pu le faire, n'ayant pas eu son café. Puis Tobi prit la parole et ... il posa directement la question qu'il ne fallait pas poser à Yoru. Schufein avait beau respecter son ami acteur, il trouvait ça malpoli de demander quelque chose de si personnel comme ça devant les autres. Puis, il décida de se proclamer leader en donnant un discours. Certes, c'était courageux de sa part d'essayer de réunir tout le monde, mais certaines choses qu'il disait semblaient exagérées. Quand son camarade eut fini de parler, il bailla avant de lui répondre, laissant passer la remarque sur Yoru pour parler d'autre chose:

"Écoute, Tobi. Merci pour le discours de motivation, mais je crois que tu prends les choses bien trop au sérieux. La sécurité de l'académie est excellente, pour preuve, l'archipel est protégé par une barrière de protection. Alors aucune intrusion de l'extérieur ne peut se produire. Donc détends-toi s'il te plait. On aura droit à un discours, puis à un planning de la journée, et ensuite j'irai boire mon café" fut ce qu'il dit, d'un ton calme, mais qui trahissait sa fatigue.
Dim 17 Sep - 15:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Expert en Memes
Messages : 15
Date d'inscription : 27/08/2017
Keigo entendit la réponse de Schufein fasse à Tobi en rentrant dans la salle. Keigo savait déjà que Tobi avait raison. C'était impossible que l'école puisse faire une chose semblable. Et c'est après cette réalisation que Keigo ne pu s'empêcher de répondre à Schufein:

-Si j'étais toi Schufein, je croirais Tobi. Cette situation est trop bizarre pour être vrai. J'en suis sûr à cent pour cent que ce n'est pas une cérémonie faite par l'école. Je ne crois pas avoir vu ces robots de ma vie et j'ai de la difficulté à voir notre école acheter ces robots pour tellement d'argent. Tu peux le voir qu'Ils ne sont pas fait en plastique!

À la fin de ça réponse, Keigo remis ses mains dans ses poches d'un air sérieux. Il n'avait vraiment pas l'air à rire cette journée-ci. Keigo le savait que quelque chose aujourd'hui allait changer leurs vies.
Dim 17 Sep - 16:52
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Flow Légendaire
Messages : 32
Date d'inscription : 05/02/2017
Rempli d'incertitudes, Tomita avait passé la nuit à faire des palindromes.
C'est pas dans ses habitudes, mais il avait peur de pas obtenir son diplôme...
Ses méninges bien fatiguées, il n'avait pourtant pas pu aller se coucher.
Il était complètement effrayé et se demandait ce qu'il ferait si par malheur il avait échoué à être diplômé.


Il a fini par s'adosser à son mur favori, en bas de l'internat, où il a fumé tout la nuit.
Le soleil se lève sur l'académie. Nostalgique, il réalise que c'est peut-être la dernière fois qu'il regarde l'horizon d'ici.


Puis, il est assourdi par une saloperie de sonnerie.
Il se réveille alors de son rêve vermeil.

Il se précipite vers la télé la plus proche, mais ce qu'il y voit est super moche. La "haute autorité" ? Ça sent très mauvais. Cette fois c'est sûr : il a raté son année. Alors, fin de l'aventure ? Résigné, le rappeur se prépare à suivre la procédure. S'il doit être viré, il fera face. Comme un dur.

Tomita arrive le premier. Normal en même temps : direct, il s'est levé. Il constate les machines alignées
et se dit...
"Putain, c'est vraiment à chier.
Pour un jour pareil ils ont rien trouvé
de mieux qu'un décor pour bébé."

Tomita entend des bruits derrière lui. C'est les tafioles (dont Barako) de sa classe qui débarquent par ici.
Son camarade de chambre Schufein a l'air aigri. Il aurait peur, lui aussi ? Que nenni, rien à voir avec le rappeur et Aoki.

Le rappeur détourne le regard et se prépare. Dans quelques instants, ce sera l'heure de son départ.
Dim 17 Sep - 16:54
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Cheffe d'Orchestre
Messages : 77
Date d'inscription : 23/10/2016
Les autres élèves de la classe arrivaient peu à peu. Nous étions visiblement (presque) tous aussi dubitatifs. Il n'y avait sans doute pas de quoi s'inquiéter plus que cela, mais le problème était surtout que nous ne savions ce qu'il se passait. Et puis il y avait aussi le fait qu'aucune personne n'appartenant pas à la classe 10B n'avait été aperçue ce matin-là, et chaque nouvelle arrivée en témoignait alors que... Yoru-san ? C'est étrange, j'aurais juré qu'elle était malade hier ! Nous ne l'avions pas vue de la journée et, même si je n'avais jamais été proche d'elle, je m'étais un peu inquiétée pour son état de santé la veille. Pourtant elle était là, fraîche comme la rosée du matin et respirant de santé.

Étonnée par l'arrivée de Yoru-san, je gardai malgré tout une attitude mesurée. Il le fallait car, contre toute attente, le premier à montrer des signes de panique fut Tobi-kun, alors qu'il n'y avait aucune raison de le faire. Il était surprenant que ce soit lui qui soit le plus agité; lui qui a toujours su conserver son sang-froid. Schufein-kun le calma rapidement. Il fallait bien sûr que Hamaguchi vienne ajouter une couche de panique injustifiée à la situation. Rien de surprenant à cela.

"Schufein-kun a plutôt raison. Il n'y a aucune raison de penser que quelque chose de "grave" est en train de se produire ! Le vrai problème ici, c'est que nous n'avons toujours pas été mis au courant du programme de la journée. Pour être tout à fait honnête avec vous, j'ai un peu l'impression d'être la victime d'une farce élaborée et j'attendais quelque chose d'un peu plus sérieux de la part de l'académie pour notre dernier jour ici !"
Dim 17 Sep - 17:51
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Combattant
Messages : 8
Date d'inscription : 21/08/2017
C'était surprenant combien Aoki pouvait avoir l'air si gentil et paisible lorsqu'il dormait. Un beau petit chou ! Mais les traits gentils de son visage furent vite effacé avec les rayons du soleil. Répondant de se réveil par une suite de jurons plaintif. Il tournait la couette sur son visage, espérant pouvoir dormir encore un peu... Jusqu'à la fameuse sonnerie de l'école. Eh merde... Déjà l'heure ? Il se leva, regardant l'écran encore un peu endormi. Selon lui, l'annonce n'avait rien d'anormale. Il fallait aller à Uflora ? Simple. Il pouvait faire ça. S'habilliant d'un t-shirt noir bien banal... Et faisant un peu de musculation pour bien se réveiller. Jusqu'à présent, c'était la routine. Son partenaire de chambre, Anton, s'était mit d'accord mutuellement pour avoir strictement rien à foutre de la vie de l'autre. Alors... Bah... Ce qu'il fit, il en avait rien à foutre.

N'appréciant pas être en retard, ni être en avance, il prit son départ. Ouvrant la porte, et allant droit en direction de son objectif. Observateur ? Non. Il ne remarqua même pas la différence de couleur dans les murs. Vous pensez qu'il se soucie de la couleur des murs, lui, Aoki ? Tout comme l'absence des gens dans les couloirs ? Vous parlez ici du mec qui est concentré que sur sa propre personne et ses apparences. Jusqu'ici, tout était normal pour lui. Bien que... Peut-être une légère pensée à se sujet ?.... Mais rapidement mise de coté. Ce n'est qu'une fois dans Uflora qu'il passa sa remarque aux autres élèves.

"C'est moi ou il y a un truc de pas normal ?"

Détective Aoki était toujours à l’affut du moindre changement, rien ne pouvait lui échapper. Hélas, si jusqu'ici il n'avait pas remarquer les *!&@*& DE *#!(&(*&# MECHA. Ses yeux se mirent a briller. Il avait regarder assez de science fiction pour que son imagination puissent s'imaginer certaine chose. Surtout que, Aoki en connaissait un rayon dans se genre de truc. Bien que les robos méchaniques était stylé un peu... Moche ? Ah mais bon. Ça restait des pièces de métal conçu pour le combat. Lui, il s'imaginait déjà vivre une vie à l'intérieur de son nouveau mecha, combattant les forces extra-terrestre au nom de l'humanité. Il était clair que ceux-ci était conçu pour le combat, il suffisait de les observer pour remarquer que c'était du vrai. Après, Aoki n'était pas un expert en technologie... Mais aller, il était jeune et plein de rêve. Se battre contre d'autre robo méchanique semblait juste GÉNIAL.

"OH @&?$# .... Vous pensez que l'on va pouvoir entrer dedans et se battre entre nous ?!"

Jusqu'à présent, il en avait rien à faire des autres... Mais voulant avoir des informations... Et comme, lui, savait jamais rien. Il avait assumé que les autres connaissaient déjà la situation. C'était pas la première fois qu'il était le mec à pas avoir écouté les consignes. Cependant, après analyse de sa classe. Les gens étaient pour certain déjà dans le drame, ou d'autre dans des hypothèses... Laissant seulement sugérer que personne ne savait réellement. Ce qui l'agaçait... Surtout qu'il y avait tobi qui faisait une @*&!% de scène. Un vrai bébé le mec. Combien il plombait l'ambiance toujours ce mec. Alors il s'approcha de lui, allant beaucoup trop près de lui, genre, à un seul centimètre les séparant.

"Mec, je crois que tu as oublié ta paire de couille dans ton lit ce matin. Et là, tu vois, tu gâche un peu ma journée avec tes complaintes de tafiole. Donc FERME. TA. GUEULE... Compris ?"

Lui qui pensait qu'il n'y avait que Issac de paranoïaque. Au moins Issac, il s'y attendait qu'il agissent en tafiole. Après tout, voilà quoi. C'est une cause perdu ce mec. Raison pourquoi Aoki n'accorda attention qu'à Tobi sur le sujet. Après, regardant Barako... Il espérait franchement qu'elle avait tord... Danser ? Des robos conçu pour la destruction ? Leur taille était pas très adapter à la danse, ni tout leur armement. Mais, par amitié pour elle. Il n'ajouta pas son grain de sel sur le sujet. Pour le moment, il avait déjà le poing levé. Près à calmer Tobi correctement. Il détestait trop les gens qui perdait leur calme sans raison. (Oui, c'est bien lui qui dit ça)
Dim 17 Sep - 18:27
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Dompteur
Messages : 102
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 667
Localisation : Quelque part ~
Un réveil inhabituel
Yuri ouvrit immédiatement les yeux lorsqu'il fut réveillé par la plus ou moins délicate musique des annonces, et se redressa presque immédiatement sur son lit. Il avait attendu ce moment depuis tellement longtemps ! Rien qu'à l'idée de recevoir son diplôme en ce jour, il était très excité depuis la veille. Tellement qu'il aurait été logique qu'il ne ferme pas l'œil de la nuit, mais si, il avait réussi par je-ne-sais-quel-miracle à s'endormir. Le rouquin était d'ailleurs tout habillé; il s'était volontairement endormi avec ses vêtements d'hier en se disant que, logiquement, il n'aurait pas à s'habiller le lendemain et pourrait sortir dès qu'il se réveillerait. Maintenant que nous étions le matin, il se rendit compte de sa bêtise et, heureusement pour tous, se vêtit en utilisant une autre tenue. Il aurait voulu porter son plus beau costume pour l'occasion, mais utilisant un de ses costumes de scène comme il en avait l'habitude, il n'avait rien de vraiment particulier à côté des autres.

Ainsi, ce n'est que très distrait qu'il écouta d'une oreille l'annonce diffusé sur un écran dans sa chambre et celle de Tobi. Malgré cela, si un mot ne lui échappa pas, ce fut le mot "surprise". Déjà qu'il était extrêmement impatient jusqu'ici, ça ne pus que doubler son excitation. C'était presque s'il ne sautillait pas sur place et si nous ne pouvions pas voir des étoiles étinceler dans ses yeux bleus. En essayant de se contenir au possible, il attendit alors que son camarade de chambre, Tobi, ait terminé de se préparer avant de partir. Même s'il n'avait qu'une envie qui était de partir en courant immédiatement, il ne voulait pas y aller seul. À qui pourrait-il donc fait part de son excitation s'il n'était accompagné de personne ?

En marchant en direction de Uflora, tout ce qu'il vit ne fit qu'amplifier son excitation, encore une fois. Les murs repeint, le fait que seul sa classe avait été convoqué... Tout ce qui aurait pu faire peur à n'importe qui, en somme. Mais sûrement pas Yuri. Lui était bien trop naïf pour penser à autre chose qu'une fête surprise, réunissant tous ses amis et lui. Même les robots qu'il pus apercevoir l'impressionna plus qui ne lui firent peur. En marchant, il parlait incessamment à l'ultime acteur qu'il accompagnait; il devait probablement l'ennuyer au plus au point mais malgré tous ses efforts il ne pouvait pas s'en empêcher.

▬ « Quelqu'un sait ce qui se passe ? »

Visiblement, le brun ne semblait absolument pas l'écouter. En plus, Yuri trouvait sa question complètement stupide. On aurait pu dire cela dans une situation effrayante, où un événement terrible se passerait ou serait sur le point de se passer. Mais là, c'était évident que ce n'était pas le cas. Bien que ça soit son camarade de chambre, par moment, il avait bien du mal à le comprendre.

▬ « Bah, c'est évident ! Ils nous ont préparé une petite fête pour la graduation! Ils ont même préparé des robots danseurs et ils ont repeint tous les couloirs avec des couleurs festives ! Franchement, j'ai hâte de voir quel autre truc super se cache derrière ce rideau! Oh, ne fais pas cette tête, qu'est-ce que tu pensais ? Qu'ils allaient nous attaquer avec les robots ?! Hahahaha, voyons, Tobi! Même si c'était vrai, tu sais bien que je te protégerai ! »

Une voix forte se fit alors entendre. Comment aurait pu faire le dompteur pour ne pas reconnaître celle de Barako ? Yuri se retourna pour la saluer, lorsqu'il vit que Shiori était à ses côtés. Il était content de la voir; parce qu'il n'avait pas à la chercher, chose qu'il n'aurait pas tardé à faire, mais également parce que c'était Shiori. Comme il l'aurait fait avec quelqu'un à plusieurs mètres de lui, Yuri salua les deux jeunes filles en levant le bras vers le ciel et en leur faisant des grands gestes.

▬ « Salut Barako ! Salut Shiori ! »

Il se désintéressa de Tobi, le laissant agir comme il le voulait lorsqu'il alla voir une autre personne. Bien qu'il le savait de bonne compagnie depuis les années qu'ils se connaissaient, le dompteur préférait rester avec elle.s.
ft. Tout le monde
Dim 17 Sep - 18:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Acteur
Messages : 60
Date d'inscription : 21/07/2017
Schufein, Umeka et (surtout) Aoki ne semblaient pas d'accord avec moi sur la situation étrange dans laquelle nous nous trouvons. Seul Keigo semblait m'appuyer dans ma réflexion... Je hausses les épaules quand Aoki envoie une montagne d'insultes en ma direction. Peut-être qu'ils ont raison... Peut-être que rien d'hors du commun ne va arriver... Je suis assez anxieux à l'idée de quitter l'académie, peut-être que je pense simplement trop... En voyant l'enthousiasme de Yuri et de Barako, il est difficile de ne pas sourire.

-Vous avez peut-être raison... Je dois penser trop loin. De toute façon, peu importe à quel point on y réfléchit on ne saura rien tant que ce rideau ne sera pas levé.

Alors autant prendre mon mal en patience... J'ai l'impression que j'ai dit ces paroles pour me rassurer plus que d'autre chose... Je regarde les alentours, il y a déjà une grande partie de la classe d'arrivée! L'annonce, quelle qu'elle soit, ne devrait pas tarder... Je ne peux m'empêcher d'être tendu, même si tout le monde essaie de me rassurer (ou de me rabaisser). Je me mords encore une fois l'intérieur de la joue, comme pour me ramener à la réalité. Ne voulant pas m'enfoncer encore plus dans l'estime de mes amis, je regarde le rideau et j'attends en silence que le spectacle commence.
Dim 17 Sep - 18:47
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Populaire
Messages : 136
Date d'inscription : 20/10/2016
Age : 99
Localisation : Au Sud :)
Grande insomniaque à ses heures perdues, Mani n'avait pas fermé l'oeil de la nuit, se fût de longues heures dans la pénombre à compter les dindons, à se remémorer le nom des plus mecs de la classe, qu'elle avait eu le temps d'apprendre par coeur, plus que la plupart de ses cours d'ailleurs, les photos qu'elle avait prise d'eux, le plus souvent dans des situations cocasses, du défilé de mode avec ce mec de la classe 10-A à celles prises avec les beaux gosses de la classe 14-W, que de souvenirs qui tentaient de l'assoupir. Rien n'y fît, à dix heures, elle était allongée écoutant les ronflements réguliers et baveux de sa colocataire Yoru, à onze heures, elle écoutait ainsi qu'une musique les lits qui grinçaient sans rythme, vers minuit, (elle a vite perdu la notion du temps) c'était le souffle du radiateur qui la chauffait et qu'elle sentait comme seul tic-tac d'une hypothétique horloge thermique qui viendrait à l'idée de quelque illuminé. Vers une heure du matin, une débâcle s'annonçait l'air lourd, était sans conteste la marque qu'une chose grave arrivait et elle ne pouvait dormir, mais tout d'un coup comme frappée elle se rendit compte vers deux heures du matin qu'une chose horrible se passait en sa chambre, sa voisine devenue une sucette monomaniaque qui faisait des bruits horribles de "slurrrrrrp" dansait du ventre avec une fille de la classe 10-C Mie Saigyoshi transformée en Pudding Senpai qui s'agitait flasquement sur la carpette à terre qui n'était en apparence pas Schufein, bien qu'elle ne pût le savoir réellement,
c'est à peu près à cette période qu'elle se rendit compte que son insomnie n'était qu'un rêve et qu'elle et sa voisine roupillassent sans bruit depuis la veille. Mais...une question la réveilla, pourquoi avait-elle entendu la porte se fermer ? Se réveillant en sursaut, elle eût la désagréable surprise de voir Yoru sortir de la chambre, et entendit du couloir quelques mots "des ordres" "à Uflora" "dépêchons nous". Se levant d'un saut à en faire pâlir un poux, Mani s'habilla en vitesse avec des vêtements amples, se prépara spécialement comme à son habitude en peu de temps, se maquilla maladroitement ce qui lui donna une tête de voiture volée ratée, alors enlevant tout comme elle pût, elle partit nature, sans se coiffer. Hâtant le pas, elle suivit les gens qui n'arrivaient pas les premiers, voyant un groupe qu'elle connaissait bien, (étant quasiment le seul) elle approcha, et voulut savoir ce qui se disait, elle lâcha en un bruit presque indescriptible quelques mots s'étant réveillé il y a peu, en même temps, elle s'agrippa au bras de Tobi, les yeux avec quelques cernes visibles.


-Kessekissepassissi ? Hépalinpératrisse

Se mettant la main sur la face comme pour enlever sa fatigue, elle reprit.

Je veux dite, je me suis réveillée un peu tard, donc j'ai rien entendu du message, ni de son contenu et encore moins de vos discussions...
Dim 17 Sep - 22:51
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
"Directeur" ?
Messages : 9
Date d'inscription : 26/06/2017
À des rythmes différents, les élèves de la classe 10B avaient tous fini par rejoindre le lieu de rendez-vous dans le temps imparti. Tous étaient dans l'attente : entre ceux qui avaient une sorte d'appréhension étrange, et ceux qui soutenaient la théorie de la farce, aucun d'entre eux ne savait vraiment ce qui les attendait. Pire encore, les esprits commençaient à s'échauffer. C'était donc pour lui le moment parfait pour interrompre ces morveux et faire son entrée de star.

"Upupupupupupu ! Les icônes de l'espoir du nouveau monde ne savent pas se tenir... Parfait !"



Un ours noir et blanc surgit devant le groupe d'élèves, utilisant un rocher comme une estrade. Il se situait devant la rangée de robots menaçants.
▬ "Bonjour à tous ! Ça faisait longtemps, hein ? Je suis Monokuma, le vrai Directeur de la Negaigoto Academy. Je vous présente toutes mes excuses pour vous avoir imposé aussi longtemps ce pathétique personnage qui a provisoirement pris mon rôle."
▬ "On a beau la maquiller et la coiffer comme on veut, une femme ne sera jamais aussi mignonne et iconique que moi ! D'ailleurs, en parlant de cette empêcheuse de tourner en rond qui a causé ce désastre de prologue... Monogardes !"
Monokuma leva les bras, comme pour donner un signal. Les autres machines aux tenues de soldat se mirent en marche. Elle se retournèrent, attrapèrent le rideau, et le firent tomber. C'est à ce moment qu'elle apparut sous leurs yeux : Mieko Monokuma, leur directrice, leur professeure, leur mentor, celle qui leur avait insufflé tant d'espoir durant ces quatre années... visiblement très mal en point. La jeune femme était bâillonnée et attachée sur un trône grotesque, coiffée d'une couronne en carton, quelques larmes lui coulant sur les joues.

Instructions:
 
Dim 17 Sep - 22:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Policière Scientifique
Messages : 101
Date d'inscription : 29/12/2016
Age : 116
Tout ce que Tobi avait dit était resté gravé dans l'esprit de Shiori. Oui, il avait raison ; quelque chose n'allait clairement pas. Une "fête" de ce genre n'était pas du tout dans l'esprit de la negaigoto. Resserrant ses poings contre sa poitrine, elle sentait qu'elle commençait à panique. Palpitations, difficultés respiratoires... Elle tremblait légèrement, aussi. Elle avait vu Feliciano se diriger vers elle puis s'arrêter à mi-chemin. Devait-elle aller le voir ?

C'est là qu'elle entendit Yuri l'appeler. La voix du rouquin la sortit de son élan de panique. Elle se précipita vers lui et se jeta dans ses bras, l'enlaçant de toutes ses forces. Elle avait les larmes aux yeux. Le savoir là la rassurait, plus encore que quand elle était avec Barako. Elle repensa au début de crise qu'elle avait eut il y a quelques instants, et se dit qu'elle avait eut de la chance que Yuri soit arrivé à ce moment précis.

Tobi retira quelque peu ses propos. Ne voyant pas Yuri ou Barako particulièrement inquiets, elle se rassura un peu, même si son instinct continuait de lui nouer l'estomac. Oui, il fallait attendre que ce rideau soit levé...
Shiori tremblait toujours. Quand elle entendit de nouveau la voix cauchemardesque retentir, en live cette fois, elle ouvrit grand les yeux. Sa gorge était tellement serrée qu'elle ne put émettre un son en voyant l'ours apparaître.

Dressé sur un rocher, le robot, mi-blanc mi-noir, s'introduit comme Monokuma. Shiori s'agrippa fermement à Yuri. Ses palpitations recommençaient. Tout les sons étaient coupés, elle n'entendait que la voix démoniaque de l'ours, et les battements de son coeur qui résonnaient dans ses tempes. Elle avait déjà vu cet ours, ici même, à la Negaigoto. Elle se souvenait de ce cours sur l'événement le plus tragique de l'humanité. Elle savait pertinemment ce que signifiait l'apparition de ce personnage. Shiori aurait voulu crier, mais rien ne sortait de sa gorge. Elle regardait cet ours, fixement, comme si tout le monde allait mourir si elle le lâchait une seule fois des yeux. Il ordonna le lever du rideau ; les robots-soldats s'exécutèrent.

Sur le trône grotesque était assise Mieko. Shiori voyait clairement qu'elle n'allait pas bien. Qu'est ce que cela voulait dire ? Rien de bon. La blondinette se mit à respirer bruyamment. Ses bras tremblaient fortement, mais elle faisait tout pour ne pas lâcher Yuri.

Peut-être que le moment était venu d'exécuter son rituel ?
Elle ne l'avait jamais fais en quatre ans. Elle ne savait pas comment les autres allaient réagir, si ça se trouve ils auraient peur. Et peut-être qu'après quatre ans sans le faire, elle n'en serait même plus capable.
Elle n'arrivait pas à se ressaisir. Elle gardait son regard terrorisé sur Mieko, craignant déjà ce qui allait arriver.
Lun 18 Sep - 16:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Dompteur
Messages : 102
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 667
Localisation : Quelque part ~
Un réveil inhabituel
Dès que le rouquin l'eût appelé, Shiori se jeta dans ses bras et manqua de l'étouffer en l'enlaçant tant elle y allait fort. Du fait qu'elle avait les larmes aux yeux, Yuri n'arrivait pas à cerner sa réaction : avait-elle peur de ne plus pouvoir le voir une fois qu'ils auraient tous les deux leur diplôme ? C'était assez étrange. D'abord Tobi, et maintenant Shiori... On sentait qu'ils craignaient qu'un événement terrible arrive. Mais pour le dompteur, c'était difficile à comprendre. En fait, il était simplement perdu. Comme pour rassurer la blondinette, il l'enlaça en retour en lui caressant doucement dans le dos.

▬ « Shiori ? Tu vas bien ? », lui dit-il.

C'est alors qu'une sorte de peluche mécanisée apparue. Debout sur un rocher, il se présenta comme étant "le vrai directeur" de l'académie. Plus il le regardait, et plus Yuri se disait qu'il lui rappelait quelque chose, mais sans pour autant se souvenir quoi. Au début, il l'avait d'abord trouvé rigolo avec sa moitié blanche et sa moitié noir. Mais de plus en plus, il semblait trouver chez cette peluche un air étrange, presque effrayant, sans réellement arriver à dire quoi, comment, pourquoi. Lorsque Shiori s'agrippât au rouquin, ce dernier l'entoura d'un de ses bras: il sentait qu'elle avait peur. Lui se contentait de se dire que rien de grave n'allait arriver, mais pour la tournure que les événements prirent, ce fut la dernière chose que Yuri aurait pu imaginer. Même dans ses rêves les plus étranges, il n'aurait jamais pu penser qu'une chose comme celle-ci pourrait arriver.

C'est lorsque les robots, obéissant à un ordre de l'ours prétendant s'appeler Monokuma, levèrent le rideau que l'étudiant compris un peu plus la gravité de la situation. La personne que la peluche qualifiait d'usurpatrice se trouvait là, sous ses yeux, assise sur un trône grotesque et portant une couronne en carton qu'un jeune enfant aurait pu fabriquer. En observant l'ancienne directrice à qui il vouait un profond respect, Yuri resta figé. Il avait pensé jusqu'ici que le fait que "Monokuma" soit le vrai directeur n'avait été qu'une mise en scène pour animer; mais là, pour lui, en observant le visage plein de détresse de Mieko, ça allait bien trop loin.
ft. Tout le monde
Mar 19 Sep - 19:10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyper Danganronpa RPG :: RP - Arc 1 :: Centre - Parc Artificiel :: Uflora-
Sauter vers: