AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

[Event WTF] Une rentrée en chantier

 :: RP - Univers Parallèles :: Building Negaigoto Academy Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://danganronparpg.forumactif.com
Directrice
Messages : 517
Date d'inscription : 30/09/2016
L’aube se levait sur le Japon. Une île perdue au beau milieu de l’océan n’y faisait pas exception. Cette île abritait la Negaigoto Academy. Une école faite par des idéalistes pour construire un monde meilleur, main dans la main. Une école qui avait pour objectif de pousser à leur plein potentiel les héros de demain. Mais avant de bâtir un monde idéal, il y avait bien d’autres choses à édifier.
Vous êtes de ceux que l’on nomme les Ultimes Étudiants. Venus du monde entier, vous êtes un lycéen qui s’est illustré dans sa discipline de prédilection. Vous êtes connu sur tous les réseaux sociaux pour un haut fait particulier. Qu’il s’agisse d’un trait de personnalité, d’un talent, d’un accomplissement exceptionnel… Tout le monde a entendu parler de vous. Et vous, vous avez choisi de postuler à la Negaigoto Academy. Une lettre a confirmé votre inscription et a fait de vous la personne la plus heureuse du monde. Et après cela… c’est le flou complet. Vous ne vous souvenez de rien. Vous avez lu cette lettre et vos souvenirs s’arrêtent là.

Vous vous réveillez dans un gigantesque amphithéâtre. Votre place est toute désignée, et vous constatez qu’elle est résolument moderne en terme de technologie : votre assise est dans une fibre qui ne vous est pas familière mais qui vous semble extrêmement confortable, et votre table est en réalité une tablette tactile intégrée équipée de logiciels pointus que vous ne connaissez pas. Pourtant, quelque chose vous perturbe, et ne semble pas cohérent. L’amphithéâtre en lui-même a un goût d’inachevé, les finitions ne semblent pas faites. On pourrait croire qu’il n’a pas fini d’être construit.

Sans plus d’informations, vous constatez que vous n’êtes pas seul dans l’amphithéâtre : une centaine d’autres jeunes, probablement de votre âge, se réveillent dans des circonstances similaires aux vôtres. Vous tentez d’en sortir mais n’y parvenez pas : vous êtes bloqué sur votre siège. Tout ce que vous pouvez faire, c’est utiliser votre tablette équipée d’une caméra et d’un micro pour découvrir et communiquer avec le reste des étudiants de l’amphithéâtre.

Instructions et indications
Vous pouvez ne pas jouer votre personnage et en inventer un autre pour cette partie rp. Une fois que vous aurez un peu discuté entre vous, je passerai à la suite.
Ven 28 Oct - 16:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
- Quelqu'un sait-il ce qui se passe ? Où sommes-nous ? Est-ce que quelqu'un m'entend ?
Ven 28 Oct - 17:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Reine de Beauté
Messages : 378
Date d'inscription : 30/09/2016
L'élève flottait dans l'obscurité. Mais curieusement... son bras était douloureux. Il fallait le bouger, mais il semblait coincé. Les signaux d'alertes se firent de plus en plus insistant et à contrecoeur, il lui fallut quitter le sommeil.

Il semblerait que sa tête reposait sur son bras. À contrecoeur, il lui fallut se redresser. Son dos heurta le dossier d'un siège. Son regard balayage plusieurs centaines de personnes assises à des bureaux. La pièce semblait... incomplète.

Son attention se porta à son propre bureau. Il y avait une plaque avec des signes, Kanji lui disait son esprit. Rien d'autre à part qu'il lui était possible de les déchiffrer. Yoru... Qu est ce que ça signifiait... et d'ailleurs pourquoi lui était-il impossible de se souvenir de quoi que ce soit. Parce  qu'à part ces informations qui surgissaient dans son esprit... Il n'y avait rien d'autre que le moment précédent son réveil.

Son regard erra autour et se fixa sur la plaque d'un autre bureau.


-Tanaka Ejirou.

-Oui? Comment connaissez vous mon nom?

Son doigt pointa la plaque. L'élève à côté passa sa main derrière sa tête pour cacher sa gêne.

-Et vous êtes... Tsuki... ah non Yoru... J'ignorais qu'ils acceptaient les rônins ici. Eh bien mademoiselle Yoru c est un honneur de faire votre connaissance.

-Tout le plaisir est pour moi Tanaka san.

Son attention se reporta sur son propre bureau. Son regard se porta sur la plaque. Yoru... elle s'appelait Yoru...

-quelqu'un sait il se qui ce passe ? où sommes nous ? es-ce que quelqu'un m'entend?

Ça provenait de son bureau... mais il n'y avait personne sous son bureau. La tablette? La personne qui lui parlait n'était pas dedans... elle en était sûre.

-Moshi moshi, Yoru ke, à qui ai je l'honneur?
Sam 29 Oct - 8:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Cheffe d'Orchestre
Messages : 77
Date d'inscription : 23/10/2016
...? Quelle est cette sensation? Il y a quelques instants à peine, je lisais avec bonheur que l'académie Negaigoto m'avait acceptée, puis... l'obscurité? Pourquoi est-ce que je me sens aussi lourde? Ma tête me fait mal. J'ouvre les yeux, mais combien de temps ai-je dormi?
Uh? Je suis dans un amphithéâtre en chantier? Je n'ai pas souvenir m'être jamais rendue là. En fait, je n'ai jamais vu cet endroit de ma vie.
Et ce bruit, cette vue... Je ne suis pas seule. Ils ont tous l'air d'avoir mon âge. Et ce vacarme ne trompe pas, personne ne sait où nous sommes. J'entends les filles à côté de moi, elles sont tout aussi perturbées que je le suis. Trop de désordre, trop de chaos. Je dois intervenir, une grande inspiration et... !

Mais... je ne peux pas me lever de mon siège! Rien à faire, je suis bloquée. Je ne vais pas pouvoir me rendre sur l'estrade, alors puis-je communiquer avec eux? Voyons voir... Mon pupitre a une tablette intégrée. Et ça, c'est un micro. Et ça, une caméra.
Ca y est, le leadership monte en moi. Il me suffit d'avoir une voix claire, amicale, forte et rassurante. Tout cela est naturel pour moi. Après tout, je suis...


- Umeka Meizuru, Ultime Chef de Classe! Je demande à tout le monde ici de se calmer! Toi, le garçon avec les grosses lunettes... Comment t'appelles-tu? Dis-moi, comment es-tu venu ici?
Dim 30 Oct - 22:58
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Populaire
Messages : 135
Date d'inscription : 20/10/2016
Age : 99
Localisation : Au Sud :)
Maniniña avait un de ces mal de tête, elle devrait prendre de la cocaïne avant de se coucher pour arrêter d'en prendre....
Elle se réveille et vois attablé plein de gens qu'on pas l'air très réveillés eux non plus.
Elle se coiffe puis se décoiffe appuye sur la tablette et voit une fille apparaître "Ultime Chef de Classe"
"Venu ici?" Elle n'osait pas répondre de peur que sa voix soit toute pourrie comme quand elle a l'impression d'être un poney qui se réveille.


Gniiiiii?

Comme prévu sa voix était catastrophique, elle préféra se taire et regarda la Chef de Classe parlait, le siège était pas inconfortable, ça donnait même un peu sommeil, mais il fallait qu'elle reste éveillée du coup, elle essaya de comprendre ce qui se passait mais le temps que ça monte au cerveau, ça pouvait mettre longtemps
Lun 31 Oct - 1:32
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Plongée dans un rêve. Ça ne pouvais être qu'un rêve, nul au monde ne pouvais être au Japon, passer une porte et être en France. Il était assez bien fait, les murs semblaient réels. Il y avait juste cette porte sans poignée qui n'avait pas de sens. Enfin, qu'importe. En la passant, un magnifique jardin et la tour Eiffel au loin. Tiens ? Elle ne la connaissait pas cette chimère.

"... Je demande à ... de se calmer! ... grosses lunettes... appelles-tu? Dis-moi ... ?"

Un réveil un peu brutal pour elle. Cette voix l'avais réveillé.
Drôle d'amphithéâtre. Elle préférait son jardin et son rêve. Enfin, quand le réveil sonne, il faut se réveiller. Yua passe la mains dans ses cheveux pour rapidement les remettre en place, aucun effort à faire, ils sont de toute manière bien dressé. Elle remet bien son casque, sourie. Ça y est, elle est prête au monde réel.
Yua teste alors calmement ce qu'elle a devant elle. De toute évidence, elle ne peux pas bouger et a une tablette avec micro et caméra. Bien, elle pourra communiquer. Écoutons d'abord la réponse de grosse lunette pour ne pas faire de faux pas. De toute évidence, cette fille a les choses en mains.
Lun 31 Oct - 19:27
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
L'impression que le monde est flou, la sensation de flotter, l'engourdissement des membres inférieurs ... Du protoxyde d'azote ! Et ce lieu ... Ce n'est certainement pas le Saint-Siège !
Mais alors se pourrait-il ?...
Aurais-je été choisi ? Serait-ce ...? Non ! Mieux vaut ne pas se bercer d'illusions...
"Toi, le garçon avec les grosses lunettes... Comment t'appelles-tu ? Dis-moi, comment es-tu venu ici ?"
Pourquoi moi ?
"Je suis Saint Francesco Bourin, et je suppose qu'on m'a amené ici... Quant à savoir où se situe ici... Y a-t-il quelqu'un qui entend et qui en sait un peu plus ?"
Jeu 10 Nov - 22:23
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Mmmmh, Kasparkoff est assomé. Il faut reprendre ses esprits. Analysons la situation ... Immobilisation, installation pour la communication. Il est aisé de supposer, au vu de ce refus, que Kasparkoff n'est pas le seul à être perdu dans cet endroit.
Aucun souvenir de la manière dont Kasparkoff n'est arrivé ici. Amphithéâtre, localisé. Murs, actuellement pièce fermée. Nombre de personne. Une centaine. Il semblerait que nos âges respectifs soient plus ou moins voisins. Bien, il faut faire un inventaire des compétences de chacun afin de pouvoir rétablir une situation sous contrôle.
Kasparkoff se mis à tousser fort afin d'attirer l'attention de chacun. D'une voix solide, grave est sûr de soi il dit alors :


- À tous les étudiants. Je me présente, Kasparkoff, je suis en ce monde comme étant le Chessmaster Ultime. Si mes suppositions sont justes, après généralisation de mon cas, nous sommes tous arrivés ici d'une manière dont on ne souvient pas.
Sans vouloir imposer à aucun d'entre vous un plan, je propose que nous exposions chacun nos compétences, répertorions-les dans une base de données communes à tous. De cela nous essaierons de nous dégager de nos liens afin d'établir un diagnostic de la situation. Un camp, et une organisation. Je pense que nous sommes tous dans la même galère, que tous les volontaires et les curieux qui souhaitent comprendre ce qui se passe participent.
Merci d'avance pour votre attention, j'attends vos réponses. Je me propose pour centraliser les informations. Du moins le temps qu'on établisse qui est le plus à même de prendre le contrôle de la situation.


Kasparkoff se mit alors à établir un réseau de communication organisé avec tous les élèves. Ses quelques compétences en programmation lui permit aisément d'établir un tableau en ligne où tous les autres élèves pourraient exposer leur état physique, corpulences, spécialités, équipement à porter de bras ainsi que de consulter ceux des autres personnes.
Il essaya ensuite de chercher quelconques informations sur le système de sécurité des attaches ainsi que sur cet endroit.
Invité
Ven 11 Nov - 13:33
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Yua a bien compris que personne ne savais ce qu'il se passe à la réponse de cette paire de lunette. Quelle belle histoire à inventer. Elle s'extasie toute seule. Un voix solide s'entend. Elle écoute attentivement. C'est un Stratège de toute évidence. Ça lui plait. Elle écrit alors :
Yua Desjardins
Je suis assez grande mais maigre, je n'ai pas plus de force que d'autre
Je suis spécialisée dans l'invention d'histoire et j'ai des grandes connaissances sur les différentes mythologies.
Je peux aisément mettre en application mes connaissances avec le matériel que j'ai à disposition.
Soit un micro, une caméra et une sorte de tablette.

Ça devrait lui suffire. Voyons ce qu'il va arriver
Ven 11 Nov - 20:18
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://danganronparpg.forumactif.com
Directrice
Messages : 517
Date d'inscription : 30/09/2016
Voilà ce qu'il va arriver.

- "DELETE", ça veut dire supprimer en anglais, n'est-ce pas ?

Une voix enfantine aux tonalités malsaines se fait retentir dans l'amphithéâtre. Elle a quelque chose de terrible, qui peut glacer le sang des plus émotifs. En tout cas, personne n'échappe à la surprise qu'elle génère. Elle ne semble appartenir à personne dans l'amphithéâtre. Avec cette nouvelle donnée, la tentative d'organisation des étudiants est vouée à se métamorphoser à nouveau en un terrible vacarme. Pour enfoncer le clou, la base de données qui a été mise en place par Kasparkoff est immédiatement supprimée de tous les serveurs. Les étudiants qui tentent d'y accéder ne trouvent plus qu'un message d'erreur.
C'est alors qu'il fait son apparition.




- Bonjour à toutes et à tous ! Ha, est-ce que le micro fonctionne ? Parfait ! Ahem... Tout d'abord, sachez qu'avant de créer un tableau en ligne, vous devriez prévoir des moyens de le protéger face aux invités indésirables. Je suis sûr que l'Ultime Programmateur aurait mis au point un logiciel un peu plus retors si vous lui aviez demandé de le faire. Il était si simple de l'effacer que je me suis honnêtement ennuyé.

L'ours mécanique marque une pause en regardant dans la direction de Thomas Kasparkoff, un rictus provocateur sur le visage. Ha, en réalité, c'est l'apparence normale de l'ours. Un troll au naturel, celui-là.

- Mais où est passée ma politesse ? Je suis Monokuma, votre charmant Proviseur. Et ici, vous êtes... dans l'amphi A de la Negaigoto Academy. Nous sommes en pleine cérémonie de bienvenue, vous ne l'avez toujours pas compris ? Jeez, vous n'êtes pas très brillants. C'est ça l'avenir du monde ? Bref, voici la première annonce de l'équipe administrative de l'école : vous êtes tous enfermés ici pour une période de temps indéfinie. Si vous pensiez vivre 3 ans sur le campus comme indiqué sur notre site web : on n'a pas mis nos plaquettes d'informations à jour, je m'excuse au nom de toute l'équipe pour le petit quiproquo. Le responsable a été puni comme il se doit, soyez rassurés. Vous connaissez mon mantra ? "Le management par la sanction !"

Après cette première petite bombe, Monokuma marque une plus longue pause, comme pour inviter tous les étudiants à réagir à la nouvelle. Enfermé dans une école après y avoir été amené on ne sait trop comment ou quand ? La situation était ridicule ! ... Et propice au désespoir.
Ven 11 Nov - 21:50
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
La Negaigoto ! Pour de vrai !
Mais cela n'aurait pas dû se passer comme ça ...
Et ce robot, cet ours, comme dans les anciennes légendes !
Monokuma, l'avatar du désespoir, autrefois responsable du pire évènement qu'ait connu l'humanité...
"Nous sommes tous morts ! Il nous tuera tous ! Priez pour vos âmes !"
Moi qui voyais la Negaigoto comme un rêve, je ne m'étais pas trompé !
"C'est un cauchemar ..."
Sam 12 Nov - 0:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Super !! Un ours bicolor ! Elle aurait dû y penser avant pour le concept manichéen !! Ecoutons plus en détail. Dommage qu'il ai effacé ce qu'elle avais mis mais qu'importe. Tout le monde semble pris au désespoir et elle n'y peut rien pour l'instant. Observons pour l'instant le comportement des deux maîtres de classe. Ce stratège et cette femme
Sam 12 Nov - 14:30
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Je vois... La fameuse école a fini par me trouver.
Cela promet une partie intéressante. C'est ours me plaît. Cette situation désespérée. Ces élèves perdues. J'aime ce nouveau défi. Il faudra que je pense à prendre contact avec certaines personnes une fois le champ libre. Pour le moment, je suppose que nous ne pouvons que demander plus d'explications. De toute évidence, nous avons plusieurs coups de retard sur cet ours ingénieux.


-Bonjour Monokuma, si mes informations sont juste nous sommes tous ici car nous exellons dans notre domaine. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ce que vous soyez assez puissant pour me prendre dans votre école par surprise. Je me demande si tous ici sont là contre leur gré ou si certains y étaient venus en connaissance de cause.
Quand je vois la situation dans laquelle, nous sommes, je comprends qu'il faut qu'on s'entraide. Mais en même temps, qu'on se méfie un minimum. J'ai un tas de questions à vous poser. J'espère que vous voudrez bien y répondre. Tout d'abord, m'autorisez-vous à m'adresser directement à tous les autres élèves ?
Ensuite ...
Où sommes-nous ? Je m'en fiche... Mais qu'attendez-vous de notre part ? Je suppose qu'il y a un but. Vous avez l'air quelqu'un de logique qui sait ce qu'il veut. . . Pourquoi sommes-nous attacher ?
Si je ne me trompe pas, vous attendez de nous quelque chose. Mais sans pouvoir bouger et devant la mort, je ne sais pas si nous pourrons répondre à vos attentes. De plus, pourquoi un amphithéâtre ? Pourquoi un lieu en construction ? Voudriez-vous que nous concevions nous-même cette école ? Pourquoi un endroit clos ? Et surtout quel est le but de tout ceci.
J'inviterai, si vous me l'autoriser, tous les élèves a envoyé leurs questions à l'informaticien ultime. Il pourra coder un logiciel pour les grouper afin qu'elles ne se répètent pas et que vous puissiez y répondre. Je suis prêt à le faire s'il ne souhaite pas s'y engager.


Kasparkoff savait bien que son audace pouvait passer pour de l'insolence ou même de l'inconscience. Mais si nous ne pouvons ni bouger, ni arnaquer le système. Il y a un but. Et Monokuma ne voudrait pas interrompre une partie qui n'a pas réellement commençait. Kasparkoff espéré bien que l'ours réponde. Remarqué pour remarqué, jouer cartes sur table lui semblait être une bonne chose à faire.
il fallait aider ces autres étudiants, parfois tétanisés ou en désespoir total. Cette situation ne pouvait que motiver un tel joueur.



-Monokuma, j'espère que vous ne vous offusquerez pas de mon indécence. Mais je dois vous avouez une chose. J'ai hâte d'en savoir plus. Vous m'intriguez vraiment. Et si nous faisions un jeu ?
Invité
Dim 13 Nov - 22:14
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Llednar était vert de rage. Ce type, qui s'autoproclamait Chessmaster Ultime, c'était Thomas Kasparkoff ! Il avait déjà vu sa photo sur plusieurs sites de jeux russes, postée par des internautes à l'époque où l'intelligence artificielle Hydra avait été vaincue.

Il l'avait détesté au premier coup d'œil. Rien qu'à sa photo, on devinait un type froid et calculateur, qui voyait le monde comme un jeu d'échecs et les gens comme des pions.
Avoir en face de lui le vainqueur d'Hydra, en chair et en os..!

Llednar avait repris conscience un peu sonné dans cette salle, attaché comme les autres. La colère s'était installée très vite à l'idée d'avoir été assommé et capturé, d'autant plus qu'il faisait extrêmement attention à chaque fois qu'il pénétrait dans un recoin mal famé.

Sa tête lui faisait mal... Il avait dû subir un coup sévère. C'était sans doute pour ça qu'il s'était réveillé aussi tardivement, juste assez tard pour entendre le discours de l'ours lubrique sur l'estrade, puis l'appel général honteux de Kasparkoff.

Son sang s'était mis à bouillir aussitôt. Ca y est, il commençait son tour de passe-passe, il cherchait à tout vouloir contrôler. "Centraliser les informations" ? La bonne aubaine ! Llednar savait très bien que pour gagner à un jeu, il fallait d'abord en connaître toutes les règles. En ce sens, le joueur d'échecs avait commis une erreur : c'est inutile d'apprendre à connaître les cartes avant même de connaître le but du jeu.

Une idée s'immisça lentement dans la tête du garçon : dans certains jeux, le but était parfois de s'approprier certaines cartes, ou bien d'appliquer des effets qui ne se déclenchaient que quand celles-ci étaient jouées ; il pensait notamment à ces jeux qui ne prenaient fin que lorsque le joker était retourné. Kasparkoff aurait déjà pensé à tout ça ? Il cherchait à identifier les différentes cartes afin d'avoir une idée de celles qui pourraient mettre fin au jeu ?!

La douleur reflua dans le crâne de Llednar à cette pensée. Ah, il voulait savoir quel était son "Ultime" ? Eh bien, il allait lui dire. Mais hors de question de lui révéler la vérité.

Il regarda autour de lui. Hormis Kasparkoff, aucun visage connu. Et s'il ne connaissait personne, personne ne devait le connaître non plus.

Il lui fallait un Ultime insignifiant, qui serait impossible à vérifier. "L'Ultime Cultivateur de Courges". C'était ridicule, mais impossible à vérifier. Et il y en avait bien un autre qui s'était déclaré comme étant  "l'Ultime Cueilleur de Tomates".
Invité
Lun 14 Nov - 0:12
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Cheffe d'Orchestre
Messages : 77
Date d'inscription : 23/10/2016
[hrp : je change de temps, ce sera plus approprié]

Alors Bourin-san ne savait pas non plus comment il s'était retrouvé ici, ni même le lieu exact où nous étions. Tout cela était fort mystérieux. Je me posais mille et une questions. C'est alors qu'une autre personne prit la parole. Il ne donna qu'un nom : Kasparkoff. Il était beaucoup plus sûr de lui que la plupart des autres, cela ne faisait aucun doute, il faut avoir confiance en soi pour se présenter comme "Chessmaster Ultime". Son abord était réfléchi, certains diraient même froid. Il proposa d'emblée un plan détaillé et sembla vouloir se positionner en figure de guide du groupe. Attends, guide? Non, ça ne marcherait pas. Il valait mieux que j'adopte ce rôle, c'était mon talent de représenter les intérêts d'un groupe. Mais Kasparkoff-san pourrait se montrer utile par ses capacités analytiques. Je tentai de lui répondre lorsque...

Il apparut.

Je n'en croyais pas mes yeux. Nous avions en face de nous un ours en peluche. Il nous fit une révélation : nous étions depuis notre réveil dans... la Negaigoto Academy? Ca ne correspondait pas à mon idée de la rentrée, mais la suite fut encore plus grotesque: il se présentait comme notre proviseur!? A ce moment, je ne compris point les délires de Bourin-san qui semblait pris d'une panique immense, tandis que Kasparkoff-san interrogeait calmement la chose qui se présentait comme Monokuma. Cet ours, "quelqu'un" de logique? Non! Toute cette situation était scandaleuse! Il n'y avait rien de logique ou de sensé et ce n'était pas le moment de jouer non plus! Le groupe avait besoin de quelqu'un exprimant l'indignation que tout le monde ressentait probablement à ce moment. Puis le détail essentiel... l'avait-il négligé? Je n'allais certainement pas me taire devant ce discours délivré par une peluche. "Le management par la sanction"? Balivernes, ni plus ni moins!


- Bien, passons le fait que vous n'êtes qu'une peluche et que tout ce que vous avancez sur votre statut n'a aucun sens. Vous avez dit que nous étions enfermés pour une "période de temps indéfinie" et au vu de nos attaches, c'est le seul point sur lequel je suis prête à vous croire. Mais vous n'avez pas le droit de faire ça! Qu'est-ce que vous en retirez? Qu'est-ce que ça vous apporte de venir nous annoncer que nous sommes coincés sur des sièges jusqu'à ce que mort s'ensuive? Vous avez pris en compte que la police viendra sûrement nous chercher, maintenant que vous nous avez kidnappés!? Vous n'êtes qu'un psychopathe!
Mar 15 Nov - 12:34
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Une fille venait de prendre la parole. Elle ne disait que des banalités, mais ses mots réchauffèrent un peu le cœur de Llednar : il n'était visiblement pas le seul à s'insurger contre cette situation, comme le démontraient d'ailleurs d'autres élèves attachés qui chuchotaient entre eux en désignant l'oratrice du menton.

Il la détailla du regard. Elle n'avait vraiment rien de spécial, mais elle parlait avec force et conviction. Et surtout, elle donnait l'impression de croire en ce qu'elle disait. S'il devait avoir à se ranger derrière quelqu'un par la suite, Llednar la suivrait sans doute (en tout cas plus que Kasparkoff) ...au moins pour un temps.

Si cette fille savait parler avec franchise et plaider pour les autres, il lui manquait cependant une force qui n'avait sûrement jamais fait défaut à Kasparkoff : elle n'arrivait pas à voir la situation actuelle comme le commencement d'un jeu.

Car c'est bien ce dans quoi ils étaient, tous : un jeu.

Llednar avait lu assez de mangas pour en être convaincu - et dans ce genre d'histoires, le personnage qui scandait à la libération mourrait le premier...
Invité
Mar 15 Nov - 18:21
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://danganronparpg.forumactif.com
Directrice
Messages : 517
Date d'inscription : 30/09/2016
Monokuma écouta attentivement les discours successifs de Kasparkoff et Umeka, les toisant sans dire un mot, sans laisser paraître quoi que ce soit. Tandis que l'un faisait une démonstration ouverte de ses facultés de raisonnement et réagissait avec beaucoup de calme, l'autre semblait exprimer à elle seule toute la colère et la stupeur de la centaine d'étudiants qui se trouvaient présents en ces lieux. Lorsqu'ils terminèrent, Monokuma ne put retenir un certain éclat de rire.

- UPUPUPUPUPUPU ! Hyahaha ! *raclement de gorge* Excusez-moi, mais vous êtes encore plus drôles que mes dossiers l'indiquaient. A vous regarder, on croirait que je vais vous demander de vous entretuer avec des règles stupides comme enquêter sur la mort de vos camarades, ou résoudre des meurtres dans un tribunal décoré avec mauvais goût ! Non, non, si vous êtes attachés pour l'instant c'est que je ne voulais pas d'émeute au moment où j'allais me présenter à vous.

Monokuma fit une pause devant des élèves ébahis. Cet animal, ce jouet, ou peu importe... C'était certain, il n'avait pas toute sa tête ! Le problème pour eux, c'est surtout qu'il avait le pouvoir, et que ses motivations devenaient de plus en plus confuses. Il était peut-être temps de mettre fin à toute ambiguité.

- Bon, comme vous le savez, vous avez été choisis pour étudier à la Negaigoto Academy, prestigieuse école blabla. Sauf que...

Monokuma rougit de honte.

- Et bien l'académie est en travaux pour passer à la V2, toujours plus loin, toujours plus haute, toujours plus forte ! Mais l'équipe d'ouvriers dans laquelle j'ai dépensé toute ma fortune... C'étaient des incapables. Alors j'ai rendu service à la société et je m'en suis débarrassé. Tous morts ! ✿

Il n'en éprouvait aucune, tout était feint. Parler de la mort d'êtres humains d'une façon aussi banale et décomplexée ne visait qu'à les terrifier un peu plus, leur faire comprendre dans quelle cage ils étaient piégés. Il savait qu'une grande majorité d'entre eux seraient dorénavant dans l'incompréhension la plus totale, avec un frisson d'effroi. Il continua.

- Comme vous le voyez, les travaux ne sont pas tout à fait finis. Alors comme l'a très justement deviné Kasparkoff-kun, vous allez devoir retrousser vos manches et suer un peu si vous voulez étudier ici. Oh, bien sûr, vous n'avez pas le choix. Le chantier de l'académie est complètement verrouillé, vous ne pouvez pas en sortir, et je ne tolère pas de grève. J'ai peut-être perdu ma fortune, mais j'ai gardé toutes mes armes. Regardez !

Deux lances très fines mais aux lames très aiguisées sortirent de nulle part. Elles provenaient de derrière le proviseur auto-proclamé, mais leur origine exacte était un mystère. Elles étaient lancées à toute vitesse. Bim. Elles s'écrasèrent à quelques millimètres à peine de Kasparkoff et Umeka. Ils n'avaient pas une seule égratignure. Pourtant, encore un peu sur la gauche et les deux étudiants se seraient retrouvés empalés, et leurs morts auraient été inévitables. La voix de Monokuma se fit beaucoup plus sinistre.

- Kasparkoff-kun, vous l'avez correctement imaginé, je m'offusque face à l'insolence. Je n'aime pas que des insectes tels que vous puissent penser qu'ils sont libres de s'opposer à moi. Meizuru-chan, Kasparkoff-kun, gardez cela en tête la prochaine fois que vous souhaitez m'adresser la parole. Vous aurez sans doute envie de vous montrer plus dociles. Les autres lances sont un peu plus assoiffées de sang que celles que je vous ai envoyées. La seule raison pour laquelle je vous ai laissés en vie, c'est que vous tuer maintenant aurait été trop cliché. Ne vous croyez pas spéciaux.

Un silence assourdissant s'installa. Après une longue minute, Monokuma brisa la glace, employant de nouveau le ton enfantin avec lequel il était arrivé.

- Bien, des questions ? Si vous n'avez pas de remarques non-provocatrices à m'adresser, on va pouvoir passer à la liste des devoirs que je vous donne pour notre prochaine réunion !
Mar 15 Nov - 19:20
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
ha ha !
ha ha ha !
HA HA HA HA HA HA !!!!!!
La mort!!! Sur nous tous !!!!!!!!!
Il n'y aura pas de rédemption !!!!
Le fourbe nous révèle même ses plans au détour d'un sarcasme !
Mais le pire, LE PIRE, c'est qu'il escompte nous faire bâtir notre propre échafaud.
Restons calme... si le chantier est en cours, il y a sûrement des failles, un moyen de s'enfuir!
Quand le jeu aura commencé, ce sera trop tard ...
Peut-être devrais je me faire aider ... Mais à qui faire confiance ? Qui est de mèche avec le, la ou les masterminds?
Le russe m'a l'air un allié potentiel: logique mais naif! Du pain béni pour un orateur comme moi!
Je verrai bien. En attendant, observons et apprenons.
On est morts...
Mar 15 Nov - 21:37
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Yua n'arrêtais toujours pas de sourire. Cet ours l'amusée ! Elle imaginait toute la scène de la ruine de son or. DANS UNE BOURSE EN CUIR !! C'est à creuser comme idée. Elle est heureuse d'être affalée sur son bureau. La lance de Kasparkoff ne l'a pas transpercée comme ça. La lance .... Quelle histoire a t'elle ? Et ce petit à lunette est très drôle quand il a peur. De quel mythe a t'il parlé !?! Elle ne le connais pas !! Ce n'est pas admissible ! Elle fera des recherche. Mais pour l'instant, les question.

J'aurais plusieurs question à vous poser Monokuma-sama. Avance t'elle alors d'une voix timide mais assez forte pour être entendu. Puisque nous devons construire cette école, où seront les matériaux et qui sera ou seront nos maîtres de chantiers ? Qui plus est, nous ne sommes pas tous bon dans les domaines physique ... J'avoue pour ma part être plutôt faible ... Alors quel sera notre rôles ?
Jeu 17 Nov - 19:26
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
[hrp : tout d'abord je précise que j'ai vu avec Monokuma pour la partie du dialogue où il parle, je ne contrôle bien sûr pas son personnage. Bonne lecture]

   Cette situation est instable. Si cet ours est comme Kasparkoff l'imagine, Kasparkoff et tous les étudiants courent un réel danger, et l'intervention de Kasparkoff ne doit être réitérée de cette façon. La logique d'un sociopathe est complexe... Peut-on parler encore de logique ? Bonne question. Bref.
   D'une part, certains étudiants sont tétanisés, il ne faut pas de mouvement de panique. L'effet des réactions en chaîne serait très handicapant. Mais si Kasparkoff parle de nouveau, cela pourrait entraîner la fin de la partie. Et ceci n'est pas une option...

   D'autre part, Kasparkoff ne pense pas que nous pouvons nous faire d'ennemis ici, cela est un luxe qui semble inaccessible aux personnes saines d'esprit.
   Il faut faire quelque chose. Mais la situation semble bloquée. Et une quelconque tentative, si elle déplaît, ou est mal masquée, est vouée à l'échec et mat du groupe, ou plutôt d'un/une ultime, suivie d'un dangereux affaiblissement du groupe. Avec l'échec et mat de son acteur principal.
   .... Allons-y tout de même ... Mais en douceur ...


  -Pardonnez-moi, Kasparkoff souhaite demander la permission de parler à Monokuma, puis au reste du groupe. Monokuma me permet-il cela ?"

  "- Ha, vous en revanche Kasparkoff-kun, j'ai assez entendu vos questions pour les trente prochaines minutes de mon existence. Si vous souhaitez me parler, ce sera plus tard dans mon bureau. Quant à ce que vous voulez dire au reste des étudiants, je vous laisse exactement 2 minutes, 37 secondes et 28 centièmes pour le faire. Si vous dites quoi que ce soit de déplaisant à mon goût, ou que vous outrepassez ce délai, ma prochaine lance ne manquera pas votre front."

  -"Merci de votre tolérance monsieur le proviseur. Kasparkoff s'adresse donc à tous les étudiants. D'une part, Kasparkoff sait que ce qu'il va vous exposer est plus facile à dire qu'à faire. Mais croyez-le, cette lance lui a donné froid dans le dos... et pourtant, Kasparkoff a rarement eu peur dans sa vie. Mais il faut nous restions calme, un mouvement de panique ne peut qu'aggraver les choses. Kasparkoff ne garantit pas que ceci fonctionne avec tout le monde, mais Kasparkoff va vous dévoiler quelque chose qui lui permet de ne pas avoir peur de la mort...
En fait, lorsque vous êtes en vie, votre mort n'est pas. Et lorsque votre mort est là, vous n'êtes plus là. Alors Kasparkoff vous pose la question suivante... Pourquoi avoir peur de quelque chose que vous ne rencontrerez jamais ?
   Voilà, d'autre part, Kasparkoff aimerait souligner quelque chose de plutôt évident, mais qu'il vaut mieux verbaliser. Nous sommes tous dans le même bateau, nous ne pouvons nous offrir le luxe de se faire des ennemis, Kasparkoff propose donc que nous soyons soudé dans la suite des évé..."


  Kasparkoff s'arrêta net à la vu de la fin du temps imparti. Il ne prendra pas plus de risque pour cette fois.

   Kasparkoff soupira très légèrement, attentif de la moindre lance qui pourrait arriver. Manifestement, il n'avait pas trop contrarié Monokuma, il se tut dès lors, espérant que la chef de classe pourrait le débarrasser de son leadership. S'il n'a pas peur de prendre des responsabilités lorsque cela est nécessaire, s'il ne laissera jamais un élève derrière lui (sauf si l'aider met la vie de plus d'élèves en danger), Kasparkoff a toujours préféré fuir la lumière, la gloire et la popularité. C'est d'ailleurs pour cela qu'il n'est jamais passé à la télé, mais que seuls certains sites très puissants peuvent parler de son parcours singulier.
Hummm, Kasparkoff se rappela alors : cette fille, la nouvelliste intrigue Kasparkoff, sa façon très positive de voir les choses, que l'on entend au ton de sa voix ainsi la pertinence de ses questions, semble faire d'elle un personnage solide qui sera certainement pilier du groupe. Comme on dit : affaire à suivre. Kasparkoff espère que ses mots en auront aidé certains.
Invité
Ven 18 Nov - 21:03
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
Épicure? On est face à un ours mécanique psychopate tout-puissant et il cite Épicure? C'est bien un ultime... Mais alors peut-être est ce vraiment la Negaigoto?
Sauf que... La Negaigoto est sensée être un écrin pour l'Espoir! Pas un bâtiment à demi terminé dirigé par une antique Divinité du Péché!

"Seul les faibles se laissent envahir par la peur, et je vois mal un Elu de la Negaigoto être un faible."
Voyons les réactions...
Dim 20 Nov - 14:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Yua a envie de rire mais réussi à se retenir. C'est lui qui dit ça ? Lui qui a été hystérique à l'instant ? C'en est drôle. Il essaye de se mentir ? De culpabiliser les élèves ? De les rabaisser ? Aucun intérêt. Elle ne l'aime déjà pas beaucoup...
Lun 21 Nov - 12:01
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Populaire
Messages : 135
Date d'inscription : 20/10/2016
Age : 99
Localisation : Au Sud :)
Se réveillant à peine, après un petit somme, elle voit un ours sur scène, des gens parler et des trucs flous dans tout les sens, jusqu'à ce qu'elle voie une fille aux cheveux roses bonbons.

Hey psssssssssit, toi oui toi, tu peux m'expliquer ce qui ce passe ?
Lun 2 Jan - 2:32
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Nouvelliste
Messages : 151
Date d'inscription : 27/10/2016
Yua entendi l'appelle d'une jeune fille.

Si j'ai bien compris, nous sommes tous accepté dans l'école mais la construction n'est pas fini.... Il va falloir le faire soi-même. Oh, et l'ours que tu vois sur l'estrade est le principal qui nous menace de mort... Je pense que c'est un bon résumé...
Lun 2 Jan - 14:06
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyper Danganronpa RPG :: RP - Univers Parallèles :: Building Negaigoto Academy-
Sauter vers: