AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Cerémonie de bienvenue (libre)

 :: RP - Univers Parallèles :: Shojo Negaigoto Academy Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Reine de Beauté
Messages : 354
Date d'inscription : 30/09/2016
Enfin elle y était, la prestigieuse académie de Negaigoto. Elle pouvait à peine croire sa chance! Elle qui venait du fin fond de la campagne nippone et promise au mieux à un mari avec suffisamment de terres. Sois belle ma fille et tais toi, tu te trouveras un mari et tu portera de beaux héritiers. C'était ce qu'on lui avait rabâché jour après jour depuis qu'elle était en âge de parler. À la campagne les contes on les laissait à la ville.

Ville à qui elle devait son éducation. Après tout quel travail elle pourrait faire durant sa petite enfance, elle n'était qu'une bouche de plus à nourrir. Alors quand la loi disait que les habitants du japon devaient être éduqués jusqu'à l'âge de 16 ans. On pouvait bien laisser la mouflette  apprendre tant que ça ne coûtait rien, mieux le gouvernement payait livres et repas.

Et c'est âgée de 5 ans que Yoru eût sa première expérience de l'école et de la vie. Car après une heure de discussion unilatérale sur les merveilles de l'école, sa mère la prit sur ses genoux et lui dit:


-Ma chérie, personne n'en a rien à faire. Et puis quel homme voudrait d'une épouse bavarde? Maintenant,  sois belle et tais toi.

Et se taire elle le fit, les années s'écoulèrent les unes après les autres. Un garçon l'embêtait, sois belle et tais toi, une maladie, sois belle et tais toi, des travaux trop éreintant,  fais les, reste belle et tais toi. Puis à l'âge de 10 ans.

-Yoru-chan! Tu commence à devenir une femme!  Ce qui veut dire que tu vas bientôt être capable d'enfanter. Il serait temps de commencer les omiai... Tu te marieras dès que tu auras tes cycles. Inutile de perdre du temps. Tes soeurs ont déjà plusieurs enfants chacune.

À part que ceux ci n'arrivèrent pas. Et les omiai pourtant si prometteurs, dans la famille on mûrissait tôt et on en avait pour longtemps, finirent par dimineur en qualités jusqu'à ce qu'il n'y eût plus de demandes. Et pourtant Yoru avait toujours fait ce qu'on lui avait dit... enfin à moitié. Elle pouvait bien se taire autant qu'elle le pouvait depuis ses douze ans ses charmes manquaient de maturité.

Et pourtant,elle savait tout faire pour être une épouse parfaite,les tâches domestiques, les tâches agricoles, elle savait même s'occuper des enfants. Pour pallier à son manque d'attributs elle avait même appris à se maquiller, se coiffer et d'autres choses qui ne sont vraiment pas racontables. Les salons de thés se trouvent après tout partout où on veut les chercher.

Cette facilité d'apprendre venait de la seule maxime jamais enseigné par sa mère, tais toi. Car quand on se tait on peut écouter. Et l'écoute est la plus récompensée à l 'école. Puis avec l'écoute vient la lecture. Combien de livres avait-elle lu la nuit, une chandelle allumée. Et combien de fois sa mère l'avait elle trouvée au petit matin dans son futon, un bougeoir à côté de sa tête et un livre dans sa main.

Puis ses notes se mirent à baisser, les signes sur le tableau et les visages se firent moins nettes. Et Yoru se tût. Jusqu'à ce que lors de la visite médicale annuelle on lui dise qu'elle devrait porter des lunettes.

Sa mère lui interdit de lire, les livres l'avaient endommagée. Et ses notes continuèrent de chuter.Tanaka sensei alla au fond de l'affaire et après une discussion mouvementée avec ses parents lui permis d'obtenir le droit de lire à l'école et à la maison le jour seulement mais seulement si elle avait fini ses tâches.

Ses notes montèrent suffisamment pour qu'elle étudié au collège. Ce qui arrangeait ses parents car le gouvernement se chargeait de les "indemniser" en retour. Ça rapportait plus que de la garder travailler à la maison.

Puis la nature finit à son tour par faire son travail. Yoru avait fini le collège et était en plein milieu de l'ensemencement quand l'évènement tant attendu se produisit. Elle cessa toute activité et se rendit chez elle ou ses parents étaient assis.


-Okaa-san ça y est! Je ne suis plus une enfant!


Absence de réponse. De sa mère et de son père.Sur la table il y avait une lettre adressée à Yoru Kazura.Et sur cette lettre il y avait le sigle de la Negaigoto academy. Elle s'assit à son tour et resta sous le choc. Même son village connaissait l'académie dont sortaient les plus puissants de ce monde. Ce devait-être une erreur! Mais non... Cette lettre lui était adressée et lui permettait de suivre des études sans frais dans la plus prestigieuse école du monde.

-Écoute ma chérie... Tu n'appartiens pas à leur monde et tu le sais! Alors ne pense même pas à épouser l'un d'eux et oublie cette histoire de réaliser son rêve. Par contre avec de la chance, un de ces messieurs pourrait chercher une maîtresse ou peut être que ces gens voudront une servante. Tu as l'occasion de nous enrichir grandement! Alors ne la gâche pas sois belle et tais toi!

C'est sur ces mots que sa mère la laissa avec sa valise dans le train qui l'amènerait vers sa nouvelle vie.

Alors qu'elle se rendait vers le gymnase où aurait lieu la cérémonie de bienvenue elle heurta quelqu'un et tomba par terre. Consciente des paroles de sa mère elle se mit sur ses genoux et se prosterna n'osant regarder le ou la puissante qu'elle avait heurtée.


-G... gomenasai!
Mar 25 Oct - 6:06
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Llednar éternua. Il avait attrapé la crève. Pas surprenant. L'automne s'était installé et avec lui les premières pluies. Sauf que premières pluies riment assez mal avec trou dans le toit. Il faudrait qu'il le répare de bric et de broc avant de vraiment choper quelque chose de grave, car s'il devait manquer des cours à cause de sa santé, il aurait beaucoup de mal à remonter son retard. Surtout ici, à la Negaigoto Academy. La Negaigoto Academy...

Llednar regarda à travers les vitres du bus. Les bâtiments flambants neufs étaient visibles de là, et la rosée du matin les faisait briller. Il n'en revenait toujours pas d'avoir été invité à rejoindre une école aussi prestigieuse, tout ça pour un talent aux cartes.

Il sortit un paquet de sa poche et le regarda longuement, tâchant de se rappeler l'ordre précis dans lequel il les avait triées avant de les y remettre. 7 de carreau, 5 de pique, roi de coeur, valet de pique...

Llednar fronça les sourcils. L'ordre ne correspondait pas. Il avait inversé les deux jeux.

Agacé, il rangea le paquet dans sa poche et regarda le paysage, les yeux mi-clos.

Negaigoto Academy... "Nous sommes là pour vous aider à réaliser vos rêves !" clamait le site Web. Pff... Mais bien sûr...

...

"Mes rêves...", Llednar ferma les yeux. Inutile de se faire souffrir inutilement. Il les rouvrit, sourcils froncés, le regard rivé sur l'académie.

"Prochaine étape : trouver de quoi réparer le toit !" et il sauta hors du bus.

Invité
Dim 13 Nov - 23:42
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyper Danganronpa RPG :: RP - Univers Parallèles :: Shojo Negaigoto Academy-
Sauter vers: