AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Journées portes ouvertes, jour 2 (libre) [départ dans la salle à manger]

 :: RP - Univers Parallèles :: Killing Negaigoto Academy Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Reine de Beauté
Messages : 354
Date d'inscription : 30/09/2016
-Et bonjour tout le monde, il est maintenant 7h! Profitez de cette jolie journée ensoleillée!

-Ughh!

Sortant de sa couverture sous l'oeil impassible de la caméra. Yoru se dirigea vers la salle de bain qu'elle ferma à clef. Une précaution bien inutile mais c'était sa pièce à elle! Là où sensei ne la verrait pas se décomposer et perdre le contrôle.

Pendant que l'eau chaude tombait sur elle. Elle se mit à trembler violemment puis à pleurer doucement puis avec de plus en plus d'abandon. Jusqu'à ce qu'à la fin ses cris remplissent la pièce. Heureusement qu'elles étaient insonorisées. Idée de sensei pour permettre aux élèves de graduer sans interruption.

Elle se laissa récupérer et s'enveloppa dans une serviette attachant l'autre dans ses cheveux et s'observa dans le miroir. Elle avait l'air d'une condamnée avec ses yeux gonflés et rouge son visage cramoisi, ses traits tirés. Non Yoru n'était pas belle au naturel. Elle passa une main sur la cicatrice à la racine de ses cheveux. Elle devrait choisir quelque chose de pratique pour nettoyer mais d'élégant pour l'image de l'école.

Une vingtaine de minutes plus tard, elle portait un uniforme marqué du sceau de l'école avec une jupe descendant un peu au niveau du genou. La veste était d'un côté blanc et d'un côté noir. Des bas blancs qui remontaient aux genoux et des souliers plats. Elle avait attaché ses cheveux en queue de cheval sachant pertinemment qu'un certain maître d'arme allait l'embêter avec. Elle portait un maquillage léger, gloss, fard à paupière, eye liner. Ça ne ferait pas tourner des têtes mais au moins elle était présentable. Elle se saisit d'une ombrelle rose et se rendit à la caféteria.

Encore une fois on lui fit remarquer qu'elle était la dernière et qu'elle devait se coucher plus tôt. Mais on rentrait là dans le domaine habituel.

Elle se rendit à sa place habituelle. Un groupe était plus silencieux que d'habitude. Oui, sensei avait mis ses menaces à éxécution. Et oui il devait manquer certains élèves. Parce que maintenant au lieu des dix-neufs,  ils étaient treize...

Treize! Et parmi ceux qui manquaient! M..mais alors sensei!  Elle perdit connaissance la tête dans l'assiette.
Dim 23 Oct - 19:23
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Chessmaster
Messages : 115
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 16
Localisation : Terre
La veille, Kasparkoff n'avait pas chômé. Bien que discret, le réseau qu'il avait construit faisait du bruit dans le monde des échecs. Amis et disciples de ses différentes filières arrivèrent dans tous les sens. Informaticiens, Bureaucrates, Chefs d'entreprises, Psychologues, Créanciers, Politiques, Gymnastes, Gardes du corps, Agents des différents services secrets s'activèrent pour multiplier les ponts, les pubs et les plans com, Ingénieurs en sécurités et constructions.

-Monokuma, Kasparkoff vous propose son aide. Voici l'humble aide que je suis en capacité de vous fournir.

Il lui tendit une pile de papier, liste, plans.

-Il n'est pas dans mon but de faire quoi que ce soit dans votre dos. Je vous laisse donc mes équipes. J'ai même trouvé quelques gymnastes, boxeurs, karatékas et autre discipline plus violentes les unes que les autres pour organiser un tournois de freedight. Je vous propose que l'école en soit unique sponsor. Ceintures noirs y sont des gardes bien faible, il s'agit des maîtres dans leurs domaines. Je participerai bien-sûr à ce tournoi. Vous avez tous les contacts requis. Que puis-je faire d'autre pour promouvoir notre établissement ?

Kasparkoff se retira ensuite pour laisser réfléchir Monokuma et se rendit dans la salle à manger. Il assista à la scène qui s'ensuivit : Yoru s'évanouissant à la réalisation qu'un nouvel étudiant manquait à l'appel. Elle avait passé sa journée d'hier à nettoyer les corps.

*Cette fille à l'air de vivre de sentiment... C'est étrange. Vraiment très étrange. Comme si elle ne pouvait s'en passer... Comme si elle n'avait pas conscience que cela l'affaiblit... Kasparkoff se doit d'en comprendre le sens. Je dois comprendre cette fille.*
Kasparkoff s'approcha, l'air inquiet de l'évanouie. Il ôta son long manteau noir velours ainsi que son tee-shirt. Il disposa le manteau en matelas et le tee-shirt en coussin. De son 2 mètres, il porta l'innocente et l'allongea sur lit de fortune. Il s'abaissa pour murmurer à l'oreille de Yoru :


-Ne t'inquiète pas, je m'occupe du dernier corps...

Il se redressa, les dorsaux contractés, les abdos saillants et d'un regard violent, il dit :


-Toi l'ultime truc muche à lunette ! Amène, ton cul, reste avec elle. Kasparkoff te tient pour responsable s'il arrive le moindre problème à Yoru !


-Oou... Oui. Da... Dada... D'accord... (une goutte de sueur sur le front tombe à terre)

Tournant le dos au reste du groupe qui fixait le géant... Kasparkoff sortit de la salle et murmura entre ses dents...

-J'ai un putain de corps à nettoyer...
Dim 23 Oct - 21:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://danganronparpg.forumactif.com
Directrice
Messages : 521
Date d'inscription : 30/09/2016
La première journée portes ouvertes avait été fructueuse pour Monokuma. Trois étudiants tentant de s'échapper, ça faisait trois corps à exécuter puis faire nettoyer en toute discrétion. Et c'était la pauvre Yoru qui s'y était attelée. Upupu, ce qu'elle n'avait pas vu, c'est que pendant qu'elle avait le dos tourné, un quatrième avait tenté sa chance, et le pauvre bougre n'avait pas eu plus de succès que ceux qui l'avaient précédé. Yoru réaliserait probablement que cet individu indiscipliné manque à l'appel dès le petit déjeuner. Une bonne surprise pour commencer la journée, n'était-ce pas merveilleux ?

C'est sur ces pensées que l'un des morveux vint perturber Monokuma, observant paisiblement le paysage depuis une fenêtre du couloir. C'était l'Ultime Chessmaster, Thomas Kasparkoff.
Oui, celui contre lequel Monokuma avait perdu une partie d'échecs. Bon sang, ce que vous êtes lourds à rappeler ce genre de petits détails.
Kasparkoff se montrait assidu dans sa promotion de l'établissement. Probablement une décision rationnelle : Monokuma avait montré son pouvoir de façon outrancière à de nombreuses reprises, et il était inutile de lutter frontalement.

- Un travail remarquable, Thomas. Je vais finir par croire que tu es mon pion le plus précieux. Peut-être te jouerai-je en a4 lorsque tous les autres y seront passés, upupu... Je te laisse ta journée de libre pour aujourd'hui. Profites-en pour te faire de nouveaux amis.
Bon petit-déjeuner ! En espérant qu'il ne soit pas empoisonné...


Monokuma se retira ensuite, laissant Kasparkoff se rendre dans la salle à manger. Il était prévu de revenir lui lancer une petite pique lorsque celui-ci irait inévitablement nettoyer, à la place de Yoru, le corps qui se trouvait quelque part dans l'académie. Mais où se cachait donc ce bout de viande sans vie ?
Mar 25 Oct - 19:22
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Mystique
Messages : 237
Date d'inscription : 19/10/2016
Rien de plus agréable que la vue d'un cadavre avant le petit-déjeuner ... Cela aide à ne pas rompre le jeune
Francesco, comme à son habitude, fut le premier levé, et eu la surprise de tomber sur les restes d'un de ses anciens camarades au détour d'un couloir ...
Il fit la seule chose envisageable : il rassembla les restes de l'étudiant et leur fournit une sépulture digne de ce nom...
-Puisse le Seigneur l'accueillir en son Eden.
Il laissa ces quelques mots en guise d'épitaphe : "Il a finalement trouvé une sortie à l'école, le désespoir n'a plus de prises sur lui"... Peut-être que Monokuma lui en voudrait, mais si personne ne le raisonnait, il n'y aurait bientôt plus âme qui vive en ces lieus...
Il sauterait le petit-déjeuner, cette fois-ci, son estomac n'y résisterait pas...
Jeu 27 Oct - 22:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Reine de Beauté
Messages : 354
Date d'inscription : 30/09/2016
Yoru nageait dans un océan de miso. La fragrance, la texture et la chaleur de ce repas/bain lui procuraient une agréable sensa-t-on de bien être. Elle pouriait bien rester là toute sa vie.

-Yoru, tu vas me ramasser ça immédiatement!

Elle ne se trouvait plus dans le miso mais de nouveaux aux portes ouvertes et sensei venait de lui donner un ordre de toute sa hauteur. Autre détail... Yoru ètait complètement nue. Les invités affluaient et la montraient du doigt. Elle tentait de fuir cette foule hilare qui se rapprochait mais celle-ci gagnait du terrain tandis que la porte de l'académie s'éloignait. Où était-il, où était il? Il avait promis de la protéger! Et elle avait tellement besoin de lui!

Il apparut sur le pas de la porte en armure de samouraï et s'élança sur la foule, katana dressé! Elle le dépassa et se retourna pour lui sourire, le remercier, le voir.

Sensei descendait avec un maillet géant droit sur lui.


-NOOOOOON!

SPROTCH

Elle fût à nouveau recouverte par le liquide tiède et visqueux puis figea. Pas lui... Les invités l'encerclèrent et se mit à rire, de plus en plus fort , jusqu'à ce qu'ils en éclatent parsèmant à tour de rôle l'élève de ce qui était â l'intérieur d'eux. Et en peu de temps elle se retrouva à nager dans un océan de sang et d'organes. [/i]

L'odeur de carcasse lui assaillant les narines, les vagues lui avaient fait boire la tasse et elle pouvait sentir nageant autour d'elle des bouts de choses. Et comme pour se moquer d'elle qui se trouvait sur une barque en bois en train de chanter Row your boat? Exact, sensei.

Elle s'accrocha à la barque et se laissa hisser épuisée. Sensei reprit sa chanson en ramant mais à la fin du dixième stress, elle se retourna vers Yoru.


-Yoru chan tu connais les règles! Tu n'es pas autorisée à quitter les lieux tant que tu n'as pas gradué!

CLIC

Un collier venait de s'attacher à son cou et sur ce collier une chaîne qui replonge ait dans le macabre océan.Puis quelque chose la tira.

-KYYYYYYYYYYAAAAH!

Ses yeux s'ouvrrient avec un air affolé et elle vit qu'elle était entourée de gens et qu'il y avait une forte odeur humaine en dessous d'elle. Elle s'en éloigna comme si elle s'était brûlée et se redressa précipitamment.

Les silhouettes se précisément. Ce n'était pas des invités mais des élèves qui la regardaient avec inquiétude. Lui essayait de ne pas le montrer, mais elle voyait bien qu'il s'en faisait. Il s'approcha d'elle mais le rêve lui revint en mémoire. Ele recula d'un pas. Et se rendit compte de ce qu'elle venait de faire et aussi que ses cheveux dégoulinaient.


-Anoooo... je... je...

Elle partit mortifiée en courant, juste atteindre sa chambre. Encore une fois elle se demandait quel crime elle avait pu commettre pour être condamnée à cet enfer. Et soudainement elle se souvint. Andrei san était mort.Elle se souvenait de ce qu'avait dit l'ultime matinal. Tant qu'il serait là pour leur dire bonjour, ce serait la preuve qu'il était vivant.

Elle dèvia sa course pour les stands manquant au passage de renverser Francesco. Elle traversa un couloir puis un autre avant d'atteindre l'entrée. Elle courut à droite, à gauche! Mais où était-il?

Elle trébucha et resta par terre, la seule preuve de sa survie, était son corps secoué de sanglots



Lun 31 Oct - 15:59
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
SHSL Chessmaster
Messages : 115
Date d'inscription : 21/10/2016
Age : 16
Localisation : Terre
[Je souhaite préciser hors RP que ce message a été approuvé par Monokuma. Je ne joue pas son personnage.
Bonne lecture.
Kasparkoff.]


Alors que Kasparkoff sortait de la salle à manger et partait nettoyer le corps, Monokuma, agacé que le Chessmaster n'ait pas laissé Yoru s'en charger, s'apprêta à décimer le colosse. Enfin, l'agacement était feint, vu que Monokuma s'attendait à ce que quelqu'un assiste la pauvre Yoru, mais n'importe quel prétexte était bon pour sanctionner un étudiant lorsqu'il s'ennuyait. Mais avant que l'ours mécanique n'attrape sa télécommande à exécution, Kasparkoff se leva, droit comme un "i". Il regarda fixement Monokuma dans son œil rouge et dit d'une voix calme.

- Je vous propose un jeu. Si je gagne, vous épargnez ma vie. Si je perds, vous pourrez la prendre de la façon dont vous le souhaitez.


Monokuma, voyant l'Ultime Chessmaster tenter de négocier... non, se diriger vers un moyen sûr de sauver sa vie, creusa pour extraire de la proposition quelque chose de plus excitant.


-Qu'ai-je à gagner ? Pourquoi ne profiterais-je pas tout de suite de ce nouvel affront ?

-Il y a trois raisons à cela. Premièrement car vous n'en aurez que moins de plaisir. Deuxièmement, car vous êtes Monokuma, vous avez envie de m'écraser, pas de me tuer. Et enfin, et surtout... Vous appréciez ma participation dans cette école. Je vous intrigue. Vous me l'avez dit vous-même. Vous perdriez un bon jouet.
Je me trompe ?


-Quel est ton jeu Kasparkoff ?

-Une partie d'échecs, bien évidemment.

-Tu es certain de gagner. Je ne suis que l'Ultime Ours Mécanique, tu sais ?

-Je vous matterai en moins de 30 coups...

Monokuma sourit, il avait anticipé cette revanche en se préparant contre le meilleur automate du monde. Un coup il était battu en 29 coups, un coup en 31, puis en 28 ou alors en 32. Le désespoir et l'incertitude de ce défi étaient certainement plus excitants pour lui que simplement tuer un étudiant ! Il avait bien saisi le message, après tout...

- Upupu !

Monokuma, en un bouton, fit apparaître un échiquier géant.

- J'aurai le roi noir. Mais si ce n'est qu'une pièce, tu seras le roi blanc toi-même. Et crois- moi, l'échiquier vivant d'Harry Potter est doux comparé à celui-ci. Et comme tu as un trop grand avantage sur moi, tu joueras sans la vue. Les coups seront annoncés à voix haute une fois et une seule ! Mais ne t'inquiète pas, tu entendras les pièces se faire prendre.

Kasparkoff gloussa devant le sourire de Monokuma. Il regarda en l'air, sourit puis ferma les yeux. Un bandeau noir accompagné de scotch fut déposé dessus. La partie commença alors.

1 e4 e5
2 d4 d6
3 de de Dxd8+ Rxd8
5 Cm33 Cm36
6 Fg5+ F6
7 O-O-O.+ Re8
8 Cf3 fxg5
9 Cxe5 c5
10 Cf7+ Re7
11 Cxh8 Cf6
12 h4 gxh4
13 e5 Cg4
14 Cd5+ Re6
15 Te1+ Rxe5
16 Te1+ Rf6
17 Te8 ff5
18 Txa8 Fd6
19 Ce8+ Re5
20 Cf7+ Rf4
21 Cexd6 Fxc2
22 Txh4 Fg6
23 g3+ Rf3
24 Tr8 h5
25 rd2 Fxf7
26 tfs8 De5
27 tfs4#

Les blancs gagnent. La tour massacra le roi à la tronçonneuse. Kasparkoff retira son bandeau.

- Kasparkoff vous laisse expliquer aux autres pour le corps. Ce n'est plus son problème.
Lun 7 Nov - 22:48
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
7h du matin. L'heure du réveil par ici. Llednar fit le calcul dans sa tête du temps de sommeil gagné s'il sautait la douche et le repas. Son calcul valida promptement l'option qu'il devait suivre et il resta à somnoler dans son lit.

Gah... Un lit... chaud, doux, moelleux... Llednar en bavait d'aise. Il se leva quand il faillit s'étouffer dans sa propre bave.

La température était agréable, même une fois sortit des couvertures. Pas de saleté ni de trou dans le plafond par où s'infiltrerait le froid ou la pluie.

Llednar s'habilla tout en songeant à cette académie. Elle avait vraiment tout pour lui plaire... ou en tout cas elle aurait pu avoir tout pour lui plaire. S'il n'y avait pas ça.

Llednar bailla en sortant de sa chambre. D'après l'heure de son réveil, il lui restait 3 minutes pour aller piquer quelques fruits et barres de céréales au réfectoire, suite à quoi la journée portes ouvertes commencerait, et il lui faudrait reprendre son stand de cartes, pour infliger leur pâtée à des dizaines de joueurs médiocres qui se ravirait de "l'exploit" que représentait son "Ultime" alors qu'ils pourraient parvenir à aussi bien juste avec de l'entraînement et de la logique.

Et s'il jouait dans plusieurs parties à la fois aujourd'hui, pour corser un peu la chose..? Llednar hésitait entre faire le jeu d'une école dirigée par un assassin et faire ce pour quoi on l'avait invité à la Negaigoto : faire usage de son don.

Le garçon haussa finalement les épaules. Il verrait bien le moment venu si le coeur lui en disait.

A la cafétaria ! La faim commençait à se faire sentir.
Invité
Dim 13 Nov - 23:24
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hyper Danganronpa RPG :: RP - Univers Parallèles :: Killing Negaigoto Academy-
Sauter vers: